Donner des cours de langue au Japon

Que vous veniez au Japon en Working Holiday Visa ou que vous y habitiez sur le long terme, il est toujours tentant d’essayer de se faire un peu d’argent en plus à-côté.
Et donner des cours de langue privés est une excellente façon d’y arriver ! J’ai moi-même donné des cours de langue pendant des années ici et je vais vous expliquer un peu comment ça marche.

Tout d’abord, quelle langue enseigner ?

La logique voudrait qu’en tant que francophone, on enseigne évidemment le français. Mais au Japon, ce n’est pas aussi simple. Le truc c’est qu’ici, les gens sont le plus souvent intéressés par l’apprentissage de l’anglais. À l’école évidemment, car c’est presque partout la seule langue obligatoire du cursus. Mais parmi les apprenants hors cursus scolaire c’est aussi la plus populaire.

C’est juste une estimation personnelle, mais je pense que sur 100 Japonais qui ont choisi d’apprendre une langue étrangère, environ 90 ont choisi l’anglais. Toutes les autres langues étrangères sont réparties entre les 10 % d’apprenants restants.
Car même si le français est une langue qui a plutôt la cote sur l’archipel, peu de Japonais décident de vraiment se lancer dans son apprentissage. Peut-être parce que (soyons honnêtes), notre langue est plutôt difficile à apprendre et à prononcer pour eux. Peut-être aussi parce que l’anglais est un choix plus utile et nécessaire.

Bref, avec un tel ratio, les enseignants d’anglais ont donc forcément plus d’opportunités. Et le nombre d’élèves intéressés par la langue de Molière est par conséquent en proportion bien plus réduite.

En sachant ça, vous avez donc trois options qui s’offrent à vous :

La première, c’est de vous lancer quand même dans l’enseignement du français, tout en ayant conscience que ce sera un peu difficile car les débouchés sont plutôt réduits. Mais comme il y a encore peu de Français au Japon, ça devrait pouvoir le faire.

La deuxième option c’est, si vous avez les compétences suffisantes, de choisir d’enseigner l’anglais. Pour ma part, c’est l’option que j’ai choisie. Car même sans être ce qu’ils appellent ici, un « native English person« , c’est-à-dire un anglophone de naissance, il y a des opportunités non négligeables dans cette alternative.
La raison à ça c’est qu’il y a un tel nombre d’apprenants que du coup, il y a parfois une pénurie de professeurs et la demande excède donc l’offre. Donc si votre niveau d’anglais est suffisamment bon, vous pouvez vous aussi entrer dans la course et espérer tirer votre épingle du jeu.

La troisième option, c’est d’enseigner une autre langue, rare si possible. Si vous avez la chance de parler une langue dont il y a peu de représentants sur l’archipel, vous serez en mesure de l’enseigner au même titre qu’un natif. Admettons par exemple que vous parliez l’italien ou l’allemand. Même si la demande de la part des étudiants est faible, les potentiels apprenants se tourneront certainement vers vous aussi, car le nombre d’enseignants disponibles est très faible. CQFD.

Comment décider des tarifs de vos leçons ?

Le point positif, c’est que ce sera à vous de décider des tarifs de vos leçons. Je vous conseille de regarder ce que fait la concurrence et de vous positionner en fonction du type de cours que vous voulez donner.

Les tarifs fluctuent en fonction de certains paramètres : la ville/région, votre expérience, le type de cours et le type d’étudiants (salarymen, étudiants, etc.), la durée du cours, le nombre d’élèves, la concurrence et l’endroit où a lieu le cours. Ce sont en vrac les principaux facteurs, mais vous pouvez moduler les prix en fonction d’autres éléments.

Pour un cours de conversation basique par exemple, entre 2000 et 3000¥ de l’heure est un prix correct. La plupart des prix se situent entre 2000¥ et 4000¥ de l’heure. Si vous offrez la possibilité de leçons de groupe, je vous conseille là-aussi d’ajuster votre barème de prix.

La mauvaise idée par contre serait de penser que baisser les prix va attirer plus d’étudiants. En fait, les Japonais vont plutôt penser que vous bradez vos cours car ils sont mauvais. Non seulement cette technique n’attirera pas spécialement plus d’étudiants, mais en plus vous allez tirer tous les prix du secteur vers le bas ! Comme je viens de vous le dire, le prix moyen pour une heure de cours, c’est autour de 2000¥ – 3000¥.  Donc si vous proposez des cours à 1000¥ ou moins, autant que vous alliez bosser dans un conbini, vous gagnerez plus.
Autrement dit, pour entrer dans le game, ne cassez pas le game…

Mes astuces pour se démarquer de la concurrence

Si vous pouvez intégrer des particularités dans vos leçons, mettez-les bien en avant pour justifier de l’augmentation du prix et vous différencier de la concurrence.

Si vous proposez des cours sur un sujet spécifique comme une formation express avant un départ à l’étranger, si vous avez de l’expérience dans le domaine de l’enseignement ou si vous êtes spécialiste dans un autre domaine (marketing, informatique, etc.), précisez-le car ce sont des options vous permettant d’enrichir vos cours et de diversifier les options que vous proposerez.

En gros, moins la leçon est basique, plus vous pourrez faire grimper les prix !

Essayez aussi de varier vos élèves pour gagner en expérience. Étudiants ou salariés, personnes âgées, groupes, binômes enfants-parents, etc. Avoir de l’expérience permet d’être plus flexible et justifie aussi logiquement une augmentation du prix.

Donner des cours de langue, un bon moyen de rencontrer du monde.
Donner des cours de langue; un bon moyen de rencontrer du monde.

Est-ce que ça rapporte vraiment ?

Comme c’est l’oseille qui compte au final, c’est une bonne question à se poser avant de se lancer.

Comparé à un emploi classique, le salaire horaire est en général bien plus élevé. Sans compter que vous n’avez pas de taxes à payer sur ces rentrées d’argent ! Avec seulement quelques cours par mois, vous pourrez donc vous constituer une rentrée d’argent non négligeable.

En ce qui me concerne, j’ai gagné des centaines de milliers de yens en quelques années avec cette seule activité et seulement quelques cours par mois !

Parfois honnêtement, c’est épuisant d’avoir cette obligation supplémentaire surtout quand on a déjà un travail à plein-temps à côté. Rentrer chez soi à 19H et devoir ressortir dans le froid et sous la pluie pour aller à l’autre bout de la ville juste pour donner un cours d’une heure, c’est franchement tuant. Mais bon, on a rien sans rien et l’avantage de ce genre de boulot, c’est que c’est vous qui décidez de votre emploi du temps. Vous pouvez programmer et moduler les leçons avec vos élèves comme ça vous arrange.

Pour vraiment gagner de l’argent avec cette méthode, je vous conseille de fidéliser vos clients. Plutôt que de devoir constamment être à la recherche de nouveaux élèves, essayez de garder ceux qui ont le potentiel de devenir des clients sur le long terme. Établissez une relation de confiance, gardez contact avec eux et n’hésitez pas à leur proposer des prix personnalisés !

Mieux vaut gagner à coup sûr seulement 2000¥ chaque semaine que ne pas savoir si vous allez avoir d’étudiants du tout.

Pour résumer, est-ce-que c’est un modèle économique viable  à lui seul ? Non, je n’irai pas jusqu’à dire ça. Il faut voir ça comme une activité complémentaire pour arrondir vos fins de mois.

Si vous voulez vraiment en faire votre activité principale, je vous conseille de postuler directement auprès des écoles de langues. Vous gagnerez certes moins à l’heure, mais vous aurez un vrai salaire et la stabilité d’un travail ainsi que d’autres avantages.

À lire aussi : Travailler dans une école de langue au Japon

Comment trouver des élèves ?

La meilleure méthode est de les trouver en ligne. Il existe de nombreux sites vous permettant d’entrer en contact avec des élèves. Plutôt que de tous les re-lister ici, je vous renvoie vers cet autre article où je les ai tous recensé :

⇒ Travailler au Japon

Dans la section « Enseignement » de l’article, vous trouverez pas mal de sites vous permettant de créer un compte/profil pour entrer en contact avec des étudiants.

Vous pouvez aussi trouver d’éventuels clients sur les réseaux sociaux, Facebook, Meetup et à des événements internationaux. Préparez des cartes de visites avec vos coordonnées et distribuez-les si vous sentez que les gens sont intéressés.

Quelques derniers conseils importants

– Pour faire vos leçons, trouvez un lieu pas trop cher car sinon vous allez raquer. Perso, même si c’est pratique, j’évite les cafés comme Starbucks car ils sont vraiment trop chers. Techniquement, ce n’est pas à vous de payer. C’est l’étudiant qui doit payer la boisson de l’enseignant. Mais si vous voulez fidéliser vos clients comme je vous le disais plus haut, pensez à leurs frais à eux ! Métro A/R + 2 boissons + prix de la leçon, ça fait vite cher.

– Soyez réglo avec vos élèves. Si vous essayez de les truander, que vous vous pointez bourré ou en retard ou que vos cours sont nazes, ils ne vous recontacteront sûrement pas. Surtout, de nombreux sites permettent aux élèves d’évaluer les profs en donnant leur feedback. Si vous êtes mal noté, vous aurez peu de clients. Et si vous faites vraiment n’importe quoi, la plateforme peut éventuellement décider de supprimer votre compte. Évitez par exemple de sortir avec vos élèves, ça peut se retourner contre vous.

– Gardez à l’esprit que même si cette activité est répandue et parfaitement normale, ça reste du travail au noir. Alors évitez d’en parler à votre entreprise, surtout si vous travaillez pour une école de langue. Ils pourraient vous demander d’arrêter.

Pour finir, notez que vous n’êtes pas obligé de donner des cours de langue. Si vous avez un quelconque talent ou savoir-faire particulier, essayez d’en tirer profit ! Cherchez des élèves intéressés et donnez des cours de musique, d’informatique, d’artisanat, de danse, etc. C’est plus compliqué à organiser, mais pas impossible. Et la manne financière peut être assez conséquente là-aussi.

Voilà c’est tout pour cet article. Voici encore d’autres articles qui pourraient vous intéresser !

Comment bien réviser le japonais
Socialiser au Japon
– Travailler au Japon : Mon expérience et mes conseils

Si vous avez des questions sur le sujet, N’hésitez pas à me les poser en commentaires. Et n’oubliez pas de lâcher un like ou un repost, ça fait toujours plaisir !

À bientôt sur MycrazyJapan !

 

Soyez le premier à commenter

Laissez un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.