Japon : Pourquoi est-il si difficile de se faire des amis ?

Je me souviens encore de cette phrase que m’a dite un pote, quelques temps avant que je parte au Japon : « Tu vas voir, tu vas galérer à te faire des amis…« .

Il venait de revenir d’un an au Japon où il était parti étudier le japonais à l’université. Et lui parlait bien japonais pour le coup. Étant une personne assez sociale, j’avais pris ça pour un challenge à l’époque. Maintenant après bientôt 4 ans passés au pays du soleil levant, il est temps de faire un petit bilan.

Et il faut bien admettre qu’il avait raison. J’ai parlé à beaucoup de japonais, mais je ne me suis pas fait beaucoup de vrais amis. Je me suis clairement fait plus d’amis étrangers, français ou d’autres nationalités, que d’amis japonais.
J’entends bien sûr des amis dans le sens où ce n’est pas juste un réseau de connaissances fictifs que vous croisez occasionnellement et à qui vous ne racontez que des banalités. Non, je parle des amis à qui vous pouvez raconter n’importe quoi et avec qui vous partagez régulièrement des moments importants (ou même banals) de votre vie. Des gens en qui vous pouvez avoir toute confiance et qui sont toujours prêts à vous aider si nécessaire. Et je trouve que ce genre de personnes est rare à trouver au Japon.

J’ai souvent l’impression qu’en fait au Japon, il est plus facile de parler une fois à mille personnes que de parler mille fois à une personne. Et que c’est pour ça qu’il est difficile de s’y faire des amis.

Alors pourquoi ? Pourquoi est-ce si dur de se faire des amis ici ?

Il y a plusieurs raisons. Déjà sachez que ce n’est pas de votre faute. C’est difficile pour tout le monde car c’est la culture japonaise qui est difficile à comprendre et à appréhender. Déjà il faut savoir qu’un principe majeur régit la société toute entière ici : C’est le concept de honne -本音- (les intentions réelles d’une personne) qui s’oppose au tatemae -建て前– (le comportement adopté en public, l’attitude de façade). C’est-à-dire que dans de nombreuses situations, les japonais n’adopteront pas une attitude vraiment sincère avec leurs interlocuteurs. Un peu comme s’ils avaient une double personnalité ou un mode on-off. Et cette attitude, ils ne l’adoptent pas qu’envers les étrangers, mais entre eux également.

Ensuite les japonais sont peu communicatifs en général, même entre eux. Et c’est un peu le principal problème ici : Les gens ne se confient pas. J’ai remarqué qu’ils préfèrent garder un cercle restreint de nakayoshi -仲良し- comme on dit ici, c’est-à-dire d’amis proches. Ils ont vraiment du mal à devenir intimes avec d’autres personnes et à leur livrer leurs secrets. C’est valable entre eux bien sûr et ça l’est encore plus envers des étrangers évidemment. La barrière de la langue n’aide en rien.

Vous avez dû le remarquer aussi si vous avez déjà parlé à des japonais : Ils aiment vous bombarder de questions, mais n’aiment pas donner de réponses sur eux. Vous aurez droit à des yeux étonnés, des silences embarrassés, des réponses évasives voire des mensonges. C’est leur façon à eux de protéger leur identité. Ce n’est pas de l’antipathie de leur part, c’est vraiment un aspect de leur culture. Le flegme à la japonaise on pourrait dire.

De manière plus générale, il faut aussi savoir que les japonais ont une culture anti-affrontements. Les sujets abordés sont souvent peu profonds et jamais polémiques. Les discussions restent assez superficielles de peur de froisser l’autre ou de se rendre compte qu’on ne partage pas les mêmes opinions. C’est clairement un obstacle à des relations amicales approfondies. On ne devient pas meilleurs amis en parlant simplement de la pluie et du beau temps… Développer une relation approfondie avec un japonais peut donc prendre du temps.

De plus, ils ne s’invitent que très peu chez eux. Même si l’hospitalité japonaise est réputée (le motenashi –持成し), tout le monde se rencontre à l’extérieur, dans des lieux publics, des cafés ou à des évents. Au Japon, le rapport avec la maison est différent qu’ailleurs. C’est un endroit moins public et ouvert que dans d’autres sociétés. On ne s’y invite pas aussi facilement que comme on le fait en France par exemple. C’est une pratique qui ajoute de la distance dans les relations. Le foyer est le reflet de la personnalité donc on ne le montre pas. Donc si des japonais vous invitent chez eux, considérez ça comme un grand honneur. Et n’oubliez pas d’apporter un petit cadeau pour remercier, c’est très important ici.  😉 

Un dernier point important à considérer, c’est que les japonais sont toujours occupés. La faute au travail qui comme tout le monde le sait, est très chronophage dans ce pays. Les japonais passent beaucoup de temps sur leur lieu de travail. Beaucoup plus que nous autres occidentaux. Et donc nous aussi petit à petit, plus on habite au Japon et plus on se met à adopter leur rythme. On a de moins en moins de temps libre, on prévoit des rendez-vous des semaines à l’avance, etc. Et puis on s’habitue à leur manière d’être et de faire les choses.

Toujours concernant le travail, je dirai qu’il est presque impossible de transformer ses collègues de travail en amis au Japon. Si vous travaillez au Japon, vous ne verrez que des attitudes de façade au travail et cela vous empêchera d’aller plus loin quoique vous fassiez. Vous serez toujours des collègues car c’est un masque qui ne s’enlève jamais. Et ce n’est pas les nombreuses bonenkai et nomikai, ces soirées arrosées entre collègues, qui y changeront quoi que ce soit. Ces évents sont destinés à améliorer la cohésion sociale de l’entreprise, pas à vous faire des amis. Les masques ont donc peu de chances de tomber, peu importe la quantité d’alcool que chacun absorbera.

Voilà donc quelques-unes des raisons pour lesquelles il est difficile de se faire des amis japonais.

Mes conseils

Je vous l’ai répété plusieurs fois dans mes précédents articles, mais parler la langue est vraiment indispensable si vous voulez vraiment aller au bout des choses dans vos relations avec des japonais. Vous pourrez parler à plus de gens (car vraiment peu de japonais parlent anglais ou bien sûr français) et vos relations seront plus personnelles. Les japonais auront aussi plus tendance à voir en vous quelqu’un qui s’est bien acclimaté et qui leur ressemble. Et finiront donc par se rapprocher de vous.

De votre côté, essayez de comprendre leur culture et leur façon de voir les choses et vous éviterez de commettre des impairs ou de vous retrouver dans des situations gênantes.

Encore une chose importante à noter pour les mecs : Une fois que vous avez une meuf (et que vous l’assumez devant les autres bien sûr 🙄 ), les autres japonaises ne vous parleront plus trop. Un homme pris ne présente plus vraiment d’intérêt pour elles. Si elles sont célibataires, c’est du temps de perdu et si elles sont déjà en couple, c’est suspicieux qu’un de leur ami proche soit un homme. C’est un autre aspect culturel auquel il faut s’habituer.

Si vous avez lu d’autres articles sur mon site, vous savez que je suis un partisan du « Impossible is nothing. » Donc je n’écris pas cet article pour vous dire de ne pas venir au Japon ou de ne pas essayer de vous faire des amis japonais. J’essaye simplement d’être objectif sur mon expérience personnelle et ce que je peux observer en vivant au Japon. Je me suis quand même fait des amis japonais malgré tout ce que je viens de décrire dans cet article et j’espère que vous aussi vous y arriverez.

Si vous êtes nouvellement arrivé au Japon et que vous cherchez à vous faire des amis, jetez un œil sur cet autre article pour savoir comment socialiser au Japon.

Voilà j’espère que cet article vous aura intéressé et pas trop désespéré ! Si vous aussi vous avez des difficultés à vous faire des amis au Japon, partagez votre expérience dans les coms’ !

Voici d’autres articles sur des sujets similaires :

À bientôt sur MycrazyJapan !

 

2 Comments

  1. Très intéressant. Mais est-ce vrai pour tout le Japon ou principalement Tokyo ?
    En France par exemple à Paris on s’invite moins chez les uns les autres car les appartements sont minuscules. On se voit donc plus à l’extérieur que dans d’autres villes.

    • Je n’habite pas à Tokyo donc je n’ai pas écrit l’article pour cette ville en particulier mais pour tout le Japon. Surtout que le problème de la taille des logements est généralisé ici !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*