Le Japon est-il un pays dangereux ?

Une chose est sure : Le jour où les catastrophes naturelles ont été distribuées dans le monde, le Japon était parti pisser !

Avec une superficie totale presque 2 fois plus petite que celle de la France, le Japon cumule pas mal de cataclysmes pour un si petit pays.

Du coup, on peut légitimement se poser la question : Partir au Japon est-il au final aussi dangereux que de partir en Afghanistan ou au Mali ?

Pour éclaircir tout ça, faisons un petit résumé.

Déjà, il faut comprendre que le Japon est surtout dangereux du point de vue de ses conditions géographiques, géologiques et climatiques. Pas d’épidémies ou de maladies tropicales en particulier dont il faut se méfier.

Le dictateur grassouillet

Peu de risques aussi d’être victime d’un attentat ou autre réjouissance de ce type. Encore que tout est possible : Voir l’attentat au gaz Sarin à Tôkyô. Je fais quand même un petit aparté sur les voisins un peu belliqueux que sont la Chine et la Corée du Nord. Le 1er est régulièrement en conflit avec le Japon pour des questions territoriales à propos d’îlots tandis que la Corée du Nord, la dictature la plus fermée au monde envoie régulièrement des missiles en direction du Japon pour les faire chier. La Russie aussi, puissant voisin, a ses raisons pour être en froid avec le Japon à propos de la souveraineté sur l’archipel des Kouriles du Sud. Et on ne sait jamais jusqu’où peut dégénérer ce genre de petits conflits…

1
En 2011

 Concernant les autres risques donc, commençons par les séismes, plusieurs milliers par an.

Si vous pensez aller au Japon un an et ne pas vivre « l’expérience séisme », vous vous mettez le doigt dans l’œil jusqu’à la clavicule ! Tous ceux que je connais qui y sont allés en ont vécu un, faible ou important.

La plupart des séismes ne provoquent que très peu de dégâts. En revanche, les secousses les plus intenses sur l’échelle de Richter sont dévastatrices : Le séisme de Kantô en 1923 d’une magnitude de 7,9, le plus violent de ces 100 dernières années, a fait plus de 100 000 morts.

Le bon point : Le Japon est le pays le mieux préparé au monde pour résister à ce type de catastrophe : kits de survie disponibles un peu partout, simulations de catastrophes dès l’école primaire, infrastructures flexibles pour les bâtiments et maisons, applications Smartphone pour prévenir la population, secours formés, etc.

3
Volcanisme au Japon

La cause principale de cette forte activité sismique vient du fait que le Japon est un archipel volcanique. Il est situé sur ce qu’on appelle la Ceinture de Feu du Pacifique (Là ça rigole plus !).  Il y a environ 200 volcans au Japon et 77 d’entre eux sont actifs. Le plus grand est le célèbre Mont Fuji. Et parfois aussi, un volcan sous-marin crée même une nouvelle île. C’est ce qui est arrivé, il y a quelques temps.

 

 

 

En 2011.

Et qui dit séisme dit souvent tsunamis dans le cas du Japon.  Tout le monde a encore en tête celui de 2011 qui a coûté à vie à près de 20.000 personnes et a fait rentrer beaucoup de français au pays.

 

Le bon point : Si vous n’habitez pas à proximité directe des côtes -moins de 5 km je dirais- aucun souci à se faire en ce qui concerne la vague en elle-même mais attention si vous êtes sur la plage.

 

Typhon
Un typhon en asie

Voyons maintenant les typhons et tempêtes tropicales.

Voici d’ailleurs le dernier en date, qui répond au doux nom de Néoguri. Chaque année, une trentaine de typhon s’approchent de l’archipel et 3 en moyenne touchent une des 4 îles principales. Ils sont principalement concentrés sur août et septembre.

Le bon point : Avec des rafales à 250km/h et des vagues de 14 mètres, rangez les cerfs-volants et sortez les kitesurfs !

Passons au climat : L’archipel étant très étiré, le Japon possède une gamme climatique étendue, continentale, tropicale,… Les climats à Hokkaido et à Okinawa par exemple n’ont rien à voir.

Si vous venez de Marseille ou de Montpellier et que vous allez à Tokyo en plein hiver,  ça va vous faire tout drôle.

Moi, je suis Breton donc ça devrait le faire. Je n’ai peur que d’une chose : C’est que le ciel me tombe sur la tête !

Le bon point : Comme tous les pays tempérés, vous aurez droit à une nature changeante tout au long de l’année et au Japon, c’est particulièrement beau : En automne avec les feuilles d’érables –momiji-, les fleurs de cerisiers au printemps -sakura-, le mont Fuji recouvert de neige, et les étés chauds. Je ne m’attarde pas sur la beauté de la nature au Japon, internet est déjà plein à craquer de sites là-dessus.

 sign-34997_640Pour finir, vous reprendrez bien un peu de radioactivité !

Pas vraiment une catastrophe naturelle, mais disons que le Japon tire pas mal de son énergie du nucléaire (près d’un tiers) donc il y a pas mal de centrales. Et dès qu’un typhon ou un tsunami éternue près d’une centrale, c’est la catastrophe comme avec Fukushima en 2011.

Et la radioactivité c’est du genre tenace donc inutile de reporter votre PVT d’un an ou deux le temps que ça se calme ! Essayez juste de ne pas ramasser des champignons en short dans la préfecture de Fukushima et ça devrait le faire.

De plus, le gouvernement japonais ne fait rien pour stopper la production nucléaire et se tourner vers des énergies durable ou propres. Il refuse même de fermer les centrales et d’arrêter la production. On verra bien au prochain tsunami…

5

Le bon point : Bon là… Disons qu’après une longue exposition aux radiations et avec un peu de chance petit tour à Hollywood, vous pourrez peut-être jouer le prochain super héros pour Marvel !

Voilà pour ce petit aperçu des principaux risques au Japon.

Mon conseil : N’oubliez pas de vous enregistrer à l’ambassade de France au Japon. Vous serez ainsi recensé si jamais ce genre de situation vous arrive. On pourra vous apporter une aide voire vous rapatrier.

N’hésitez à pas à réagir dans les commentaires si vous voulez faire part de votre expérience perso.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*