Sortir au Japon

Aujourd’hui, un article pour vous aider à gérer votre nightlife au Japon !

Comme vous avez pu le lire dans mes bilans mensuels, je sors pas mal (et ouais ! 😎 ) et du coup je commence à être un habitué de la nightlife japonaise. J’ai donc décidé de vous livrer ici en exclusivité mondiale tous mes conseils et bons plans concernant tous les aspects du monde de la nuit au Japon ! Tout ce que je vous raconte n’est que mon expérience personnelle bien sûr. Chacun a évidemment des expériences et un point de vue différents sur le sujet.

En parallèle, je vous recommande de lire mon article sur comment se socialiser au Japon, se faire des amis, comment rencontrer des gens parce qu’ici, on va plutôt parler de boites de nuit, bars, karaokés, izakayas et tutti quanti.

D’abord, quelques petites choses à savoir.

– Dans pas mal de boites de nuit ici, il y a des sièges réservées aux femmes, les ladies seats. Parfois c’est une ou deux banquettes, mais il arrive que presque toutes les places assises soient réservées aux femmes dans la salle ! En tant que mec, c’est super chiant parfois quand on a zouké toute la soirée et qu’on est crevé.

Le tabac. Comme je vous le disais dans mon précédent article, ici tout le monde fume et presque partout. Du coup, dans les boites de nuit branchées, il y a parfois des hôtesses qui passent pour offrir des cigarettes, parfois carrément des paquets entiers pour faire de la pub ! C’est bon à savoir et même si vous ne fumez pas, revendez-les à vos potes ==> Business is business.

– Si vous êtes un homme, les gars japonais vont très souvent essayer de faire ami-ami avec vous. Parfois c’est vraiment pour parler avec vous, mais la plupart du temps, c’est juste parce que vous êtes étrangers. En tant que gaijins, on a la réput’ d’être des gros fêtards et d’avoir la tchatche avec les meufs. Donc les japonais aiment bien s’incruster avec nous afin de bénéficier de notre aura pour choper et s’amuser. Mon conseil : Profitez-en surtout pour vous faire payer des coups ! Personne ne paye plus de coups qu’un japonais bourré.

– J’en ai déjà parlé dans un autre article, mais j’en remet une couche : Les nouveaux japonais que vous rencontrerez vous poseront toujours la même série de questions quand vous les rencontrerez en soirée : Et tu viens d’où ? Et t’as quel âge ? Et pourquoi que t’es venu au Japon ? Et tu restes combien de temps au Japon ? C’est fatiguant à la longue de les voir systématiquement demander la même chose à chaque fois puis de les voir s’arrêter au bout de 5 mins parce qu’ils n’ont plus de sujets de discussion. Moi maintenant, je leur dis que c’est un secret ou je leur dis de deviner d’où je viens par exemple et là je me marre vraiment. ^^ On me dit souvent que je suis américain, brésilien ou africain.

– Le Japon est un pays très sûr et il y a très peu d’embrouilles en soirées. Pas de bagarres ni rien, vous pouvez sortir tranquilles. Au pire, c’est des autres étrangers dont il faut se méfier. À Tokyo par exemple, faites gaffe si vous allez dans la zone de Roppongi ou à Kabukicho à Shinjuku. C’est là où il y a tous les yakuzas, les prostituées, et les étrangers qui boivent beaucoup.

–  Par contre, vous pouvez être tranquille côté vol, ça n’arrive pas souvent au Japon et vous avez de grandes chances de retrouver vos affaires si vous les perdez. Vous pouvez aussi partir danser un moment en laissant vos affaires toutes seules en soirée.

Les erreurs à ne pas faire

Dans tous les pays, il y a des codes à connaitre et des choses à savoir quand vous partez vadrouiller la nuit. Voici quelques erreurs à ne pas faire au Japon :

Ne pas aider les japonaises bourrées. Comme vous êtes un étranger, si vous essayez de secourir une japonaise ivre morte, les japonais croiront que vous essayez d’abuser d’elle et ils feront tous pour vous en empêcher. Je vous conseille vraiment de laisser tomber et de pas insister, tant pis.

Un gars qui dors tranquillement dans le poste de police la nuit.
Un gars qui dors tranquillement dans le poste de police la nuit.

– Toujours concernant l’alcool, dans ce pays, si vous faites un malaise dans la rue, je pense qu’on viendra vous aider tout de suite. Par contre, si vous êtes ivre mort en plein milieu du trottoir, personne ne vous jettera le moindre regard. C’est normal ici de dormir en pleine rue parce qu’on est bourré. L’ivresse publique est acceptée et tolérée, mais il y aura vraiment que la police ou une ambulance pour vous aider si jamais il vous arrive quelque chose.

Croire que les japonaises sont des filles faciles. Au début, c’est souvent ce qu’on pense, car elles semblent bien plus accessibles et aimables que les européennes, mais au final elles ne sont pas aussi stupides ou dociles qu’on le pense et c’est elles qui joueront avec vous au final et non l’inverse. Je rajouterai qu’en boite de nuit, les japonais n’y vont pas spécialement dans l’optique de draguer. En France, c’est un bon endroit pour faire des rencontres en tant que célibataire et au Japon aussi quand même, mais l’ambiance est moins « soirée Meetic ».

Prendre un taxi pour rentrer de soirée. Si vous êtes vraiment bourré et que vous tenez à peine debout ou que c’est pas encore l’heure du 1er métro, ça reste la seule bonne solution. Autrement si le chemin est faisable à pied ou à vélo, je vous conseille de laisser tomber : C’est VRAIMENT trop cher et en plus certains ne vont pas dans la zone où vous habitez. Il vous faudra donc en trouver un qui y va et c’est chiant surtout si vous êtes accompagné. Partout au Japon, les transports en communs s’arrêtent vers minuit et ne reprennent que vers 5-6h du mat’. Moi je vous conseille de rester à votre soirée un peu plus pour avoir le 1er métro ou d’y aller en vélo si vous pouvez.

– Si vous êtes une fille, je vous déconseille quand même de sortir en boite juste entre filles étrangères. Le Japon est un pays très sûr comme je j’ai déjà dit, mais plusieurs filles étrangères m’ont raconté des histoires pas très rassurantes lorsqu’elles ne sortent qu’entre filles étrangères. Dans certaines boites, les mecs japonais un peu bourrés se permettront parfois des gestes très déplacés et tenteront des choses vulgaires juste parce que vous êtes une étrangère et qu’au Japon, vous avez la réputation d’êtres des filles chaudes et faciles.

Voyons maintenant quelques spécificités japonaises.

Les nomihodai et tabehodai

C’est le principe du All you can eat, boisson ou nourriture à volonté. Si vous venez au Japon, vous en verrez partout. Pendant un temps limité, souvent 2-3 heures et pour un prix souvent très raisonnable, vous allez pouvoir vous en donner à cœur joie. Ça marche du tonnerre ici car les japonais ne sont pas de gros buveurs et donc les bars, boites et restaurants se rentabilisent facilement. Attention quand même au binge drinking ! Moi quand je prends un nomihodai, je commence une logique de rentabilisation du style : « À partir de 6 verres, je gagne de la maille ! ». Je laisse souvent ma dignité dans les toilettes avec ce genre de raisonnement…

11195297_10153315272759577_934015235_n (1)
Tout le monde se fout d’un gars bourré qui dors le dimanche matin en pleine rue. Ça aurait pu être moi…

Les izakayas

Ça c’est typique d’ici aussi. Pour comparer avec quelque chose d’occidental, le truc qui s’en rapproche le plus, c’est le bar à tapas je dirai. On va à l’izakaya pour boire et manger. Les japonais y vont souvent direct après le boulot. Les prix sont souvent très bas (en moyenne 300¥), la bière coule à flot et il y a pleins de petits plats super bons. C’est un des meilleurs endroit pour passer une soirée entre potes, je recommande à mort ! Ils ferment en général très tard, vers 4-5H du matin.

Les karaokés

Ici, c’est une vraie institution, il y en a à tous les coins de rue. Pour un prix pas trop cher (entre 1000¥ et 3000¥ en moyenne pour le nomihodai), vous pouvez obtenir une salle pour vous et vos amis pour vous déchirer les poumons sur un gros répertoire de musique. C’est climatisé, les boissons soft et la glace sont souvent à volonté, c’est intime et on peut y faire ce qu’on veut. si vous chercher un endroit tranquille pour être en tête-à-tête, c’est aussi une bonne planque si vous voyez ce que je veux dire…

Les soirées pour étrangers

Les japonais aiment bien tout compartimenter. Donc pour rencontrer plus facilement des étrangers, ils vont les chercher à des soirées spécialisées. Et du coup, il y a énormément de soirées internationales qui sont organisées et les japonais viennent souvent de loin juste pour ça. Pour nous étrangers, c’est tout bénef’ : On rentre avec un tarif réduit, on rencontre des japonais motivés qui parlent parfois des langues étrangères et aussi d’autres étrangers. Si vous voulez choper, c’est aussi le bon plan. Ça peut devenir lassant au bout d’un moment parce que c’est très répétitif, mais c’est un passage obligé.

Un peu dans la même catégorie, je rajoute aussi les soirées en Guesthouses. Elles en organisent de temps en temps et vous n’avez pas spécialement besoin d’y habiter pour participer. Vous y rencontrerez d’autres étrangers en vadrouille et pleins de gens intéressants et ça c’est toujours très sympa.

11163427_1464941050465336_5893572114608487538_o
Toujours une super ambiance !

Les maids cafés

Typicité du Japon, ces établissements sont ouverts jour et nuit et on en a tous plus ou moins entendu parler, même sans être allé au Japon. Pour les incultes, c’est un genre de café pour hommes ou les serveuses sont déguisées en soubrettes le plus souvent et vous traitent comme si vous étiez le roi. Les services sont vraiment variés : Il y a des maids cafés où il y a juste une ambiance teenagers + cosplay et d’autres où les filles dansent, font des activités avec vous ou vous appellent « maître ». Je n’y suis jamais allé perso parce que j’ai pas besoin qu’on me remonte l’estime et il est hors de question que je dépense de l’argent dans ce genre d’endroits ou dans des bars à hôtesses. Je préfère tout claquer en bière.

Quel budget pour vos sorties ?

Le Japon n’est vraiment pas un pays cher pour sortir, mais il faut faire attention quand même parce que l’argent, ça part très vite, surtout avec 9g dans le sang. Les boissons coûtent entre 500¥ et 800¥ quel que soit le genre d’établissement. L’entrée des boites est peu chère (entre 500 et 4000¥ en général avec une moyenne de 3000¥) mais les nomihodai sont souvent proposés et permettent de faire des économies. Sachez aussi qu’en boite de nuit, vous payerez toujours plus cher si vous êtes un homme.

À savoir : Certains bars appliquent aussi une taxe juste pour s’asseoir, 400¥ en général. C’est un peu frustrant d’avoir à payer ça, mais ce sont souvent des bars peu chers et si vous y restez un moment, vous allez rentabiliser.

Prendre le taxi, surtout la nuit, comme je l’ai dit plus haut, vous coûtera à chaque fois des centaines de yens même pour un trajet court.

Le problème au Japon, c’est que comme tout coûte moins cher par rapport à la France, on a tendance à dépenser plus et du coup on se ruine même si au final on en a quand même pour notre argent. Il y a aussi un choix énorme de divertissements et on a envie d’en profiter.

La prostitution au Japon

Héhé, comment ne pas en parler, ça fait partie du monde de la nuit après tout ! Surtout au Japon d’ailleurs où il y a énormément de services tarifés pour adultes dont beaucoup de japonais en sont friands. Dans certains quartiers des grosses villes comme Tokyo et Osaka, ce genre de services a littéralement pignon sur rue ! La prostitution est illégale au Japon, mais le divertissement pour adultes est tellement ancré dans la culture japonaise que ça ne pose de problème à personne. Il est parfaitement normal ici de payer pour passer du temps avec une femme dans un club spécialisé, de louer les services d’une hôtesse ou d’une lycéenne juste pour lui parler par exemple. En fait, les japonais draguent vraiment peu et j’ai l’impression que c’est plus simple pour eux d’aller aux putes parfois…

Le hasard a aussi fait que le plus grand quartier de prostitution de tout l’ouest du Japon, Tobita Shinshi, se trouve à Osaka, juste à côté de mon auberge ! On a bien sûr été jeter un œil avec des potes et c’est assez stupéfiant.  😯 Si vous passez à Osaka, je vous invite franchement à y aller visiter la zone. J’en dis pas plus, je vous laisse la surprise…  🙄

Il est interdit de prendre des photos dans le quartier, mais en mode Bernard de la Villardière d’Enquête Exclusive, j’ai pu vous en prendre une en exclusivité !

DSC06552
Les petites maisons où les prostituées attendent les clients. Une vitrine ouverte…

Voilà mon avis perso et mes conseils  sur la nightlife au Japon ! Sortir s’amuser au Japon, c’est très divertissant et il y a encore pas mal à en dire. Chacun s’en fait aussi sa propre opinion en fonction de ses expériences donc n’hésitez pas à partager vos aventures en commentaires en dessous, ça me fera plaisir !

Un dernier conseil : Apprenez à parler japonais ou au moins le minimum syndical, le vocabulaire de la night, parce que franchement ça vous servira en soirée pour vous faire des amis plus facilement, pour gérer avec la sécurité ou les barmans et plus généralement pour être au courant de ce qui se passe. Lisez cet article pour trouver des sites où apprendre le japonais.

Dans tous les cas, sortir au Japon c’est super et moi j’adore ça ! Allez, amusez vous bien !  😉 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*