Apprendre le japonais en autodidacte

Voilà une question que vous devez être nombreux à vous poser : Est-il vraiment possible d’apprendre le japonais tout seul ? Cet article devrait vous aider à y voir plus clair et vous servira aussi de retour d’expérience car de mon côté j’ai appris le japonais quasiment tout seul pendant quelques années. J’insiste bien sur le “quasiment” car c’est important, j’y reviendrais plus loin dans cet article. Je suis pas encore arrivé à un niveau suffisant bien sûr et la route est longue mais je suis fier de ce que j’ai pu accomplir  tout seul quand je vois le niveau minable que j’avais en arrivant au Japon.

Mon avis est donc que oui, il est possible d’apprendre le japonais en autodidacte mais pas de A à Z, de manière isolée. Je m’explique : En admettant que vous partiez de zéro, le début va être relativement facile. La raison, c’est qu’il existe des pléiades de bouquins, d’applis, de chaînes YouTube et bien sûr de sites Internet pour apprendre et réviser le japonais et ils sont souvent calibrés pour les débutants. J’ai listé un paquet de liens dans cet autre article – tous gratuits – si ça vous intéresse ! En général tout seul, vous allez pouvoir arriver au niveau N3 du JLPT, un niveau intermédiaire, sans trop de difficultés.

Il y a des tas de choses simples à apprendre au début : Les deux syllabaires (hiraganas et katakanas), les premiers kanjis et comment les tracer, des listes de vocabulaire par thème, les premières structures de phrases, etc. C’est de l’apprentissage par cœur qui ne nécessite pas vraiment d’explications approfondies. En tout cas rien que votre bouquin de cours ou Internet ne puisse pas vous expliquer.

Quand on apprends une langue en autodidacte, on utilise souvent plusieurs sources pour apprendre. Il est donc très facile de recouper les informations, de comparer ou de chercher des explications supplémentaires ailleurs. Ça vous permettra d’être sûr de ce que vous apprenez et de comprendre plus facilement.

C’est après le niveau N3 que ça se complique. Les ressources disponibles se raréfient, les explications se complexifient sur les derniers points de grammaire et sans opportunité de poser des questions pour vérifier qu’on ne se trompe pas, c’est difficile. Sans une personne compétente à vos côtés, vous risquez de vous perdre ou de mal apprendre.

Mes conseils

Perso, j’ai pris initiation japonais à la fac et j’en ai fait 3 ans mais le rythme étant assez faible, je ne suis pas sorti avec un niveau mirobolant. Après avoir fini mes études, j’ai presque complètement laissé tombé l’étude du japonais. J’ai juste gardé en tête le projet d’y aller un jour pour mettre en pratique et développer mes connaissances de la langue. Puis un jour, je me suis lancé dans le projet Working Holiday Visa (Allez lire les bilans mensuels que j’ai fait, vous allez rire !). Les mois et semaines qui ont précédés mon départ en WHV, j’ai rassemblé tous mes cours et acheté plusieurs bouquins et j’ai repris une étude régulière pour pas arriver avec un niveau zéro. Bon soyons honnête, en arrivant je comprenais rien de rien à ce que m’on me jactait ! Pour ma défense, je suis arrivé dans le Kansai aussi, donc le dialecte était une difficulté de plus.
Après des années d’apprentissage tout seul (et un peu en école donc) voilà ce que je vous conseille de faire si vous voulez progresser efficacement en japonais.

– Apprenez étape par étape. Même si vous apprenez via plusieurs sources ce que je vous conseille, pensez à progresser par niveau. Basez-vous sur les niveaux du JLPT c’est mieux et ne rushez pas sur de la grammaire trop compliquée juste parce que vous voulez essayer de dire des choses complexes dès le début.

Ne vous ruez pas pour apprendre les kanjis. Au début surtout, apprenez les deux syllabaires et ce sera déjà suffisant pour le début. Ça va vous prendre quelques semaines maxi, mais c’est la base de la base, il faut les connaître par cœur ! Vous ne pouvez vraiment rien lire sans les savoir. Les kanjis peuvent attendre quelques mois, concentrez vous aussi sur la grammaire pour pouvoir parler plus facilement. N’apprenez pas que des listes de vocabulaires.

– Faites la méthode dite du sous-marin ! C’est ce que j’ai fait en arrivant au Japon pour progresser plus vite. Cette méthode d’apprentissage pour les langues consiste à se plonger pendant une période à 100% dans la langue qu’on essaye d’apprendre. Ça veut dire regarder la télé ou des films en japonais (sous-titrés si besoin), passer plusieurs heures par jour à étudier avec les livres de grammaire, et régulièrement chercher à parler en japonais avec d’autres personnes pour mémoriser plus efficacement. Essayez même de penser en japonais aussi ! Vous l’avez compris, tout ça va vous permettre de faire un bond de géant en très peu de temps, même si vous allez en bavez au début. Attendez quand même d’avoir un petit niveau sinon ce sera trop difficile et vous allez être frustré.

Multipliez les sources. J’insiste car c’est vraiment important en autodidacte d’avoir le plus d’explications possibles, d’exemples et d’exercices pour s’entraîner. C’est comme si vous aviez plusieurs profs. Je vous encourage également à utiliser toutes les ressources technologiques à votre disposition : Applis, logiciels et méthodes sur PC, jeux sur smartphone ou console, dictionnaire électronique, tout est bon pour apprendre et bien sûr en s’amusant c’est mieux.

Attention à ce que vous disent les japonais !! Ils ne connaissent pas leur propre langue par cœur (nous non plus d’ailleurs!) et parfois ils vont vous apprendre des conneries volontairement ou non. C’est vraiment le conseil le plus important je pense. Ne prenez pas pour acquis tout ce qu’on vous dit. Demandez plusieurs avis et assurez-vous d’être bien compris quand vous posez une question. Moi par exemple, j’habite dans le Kansai et les gens ne connaissent rien d’autre que le Kansai-ben, le dialecte d’ici et aucun bouquin ne vous l’apprends ça !

Évitez les méthodes soi-disant miracles vous permettant d’apprendre une langue en quelques jours. C’est du mytho. Certaines personnes ont de meilleures aptitudes que d’autres pour apprendre, mais il faut du temps pour tout, surtout pour le japonais. Je mets dans le même panier les méthodes vous permettant d’apprendre via les mangas. Le langage utilisé dans les mangas est très loin de ce qui se dit en réalité. N’essayer pas de parler comme dans Naruto en arrivant, au mieux on se foutra de votre gueule au pire vous allez mal parler à quelqu’un…

Trouvez des amis qui apprennent aussi et idéalement qui ont à peu près le même niveau que vous et étudiez ensemble. C’est parfait pour la motivation et l’échange d’informations ! Intégrez-vous aussi à des groupes d’échanges linguistiques ou d’étude pour recréer une atmosphère studieuse.

– On apprends plus facilement et rapidement quand on est dans le pays alors faites tout pour partir dès que possible au Japon. Vous pourrez vous rendre compte sans passer via les bouquins de ce qui se dit ou pas et tester et améliorer vos connaissances en temps réel ! Et pratiquer régulièrement est la seule façon de véritablement mémoriser une langue étrangère.

Voyons maintenant un petit comparatif des avantages et des inconvénients concernant l’apprentissage en autodidacte.

Avantages

– Vous vous imposez votre propre rythme : Un jour les kanjis, le lendemain la grammaire ou un mix de tout à chaque fois etc. Il n’y a pas de programme particulier et vous pouvez booster certains points pendant certaines périodes. essayez quand même de garder un équilibre entre les différentes compétences.

– En étudiant seul, on choisit en général plusieurs manuels achetés par-ci par-là et c’est une bonne chose à mon avis. Vous diversifiez vos sources et vous augmentez vos chances de comprendre parfaitement les règles de grammaire tout en vous essayant à une plus grande variété d’exercices.

– En utilisant des ressources gratuites comme celles que je vous ai donné dans mon lien plus haut et avec quelques bouquins bon marché, apprendre tout seul ne vous coûtera souvent presque rien et c’est vraiment un gros plus. En comparaison, venir étudier au Japon, ce qui est l’idéal, vous coûtera des milliers d’euros sans exagérer pour le même résultat au final.

Inconvénients

– Le rythme de travail. Sur la durée, vous arriverez rarement à tenir la même vitesse et la même régularité que si vous alliez en cours. On est souvent moins efficace une heure à apprendre tout seul qu’une heure en cours. Je ne parle même pas des distractions éventuelles mais juste du rythme d’apprentissage.

– Sans un prof en face de soi pour poser des questions au moment où on étudie on apprend moins vite et avec des langues comme le japonais on risque même de mal apprendre. Au final, vous arriverez sûrement à tout comprendre tout seul avec le temps, mais c’est mieux d’éclaircir les points clés pour pouvoir avancer sur de bonnes bases.

– La motivation. On est tous différents à ce niveau-là, mais il y aura des hauts et des bas c’est inévitable. Et lorsqu’on arrivée à un certain niveau, l’impression de stagner, voire de régresser si on s’arrête trop longtemps d’étudier. Il faut avoir une motivation à l’épreuve du feu. C’est un peu la philosophie japonaise quand on y pense : Il faut がんばる – persévérer, tenir bon – pour récolter au final les fruits de son labeur. L’avantage d’étudier en école, c’est que vous devez tout le temps tenir le niveau surtout quand vous pensez à ces milliers d’euros que vous avez dépensé pour venir étudier quelques mois au Japon !

– Les examens. Vous pouvez toujours vous évaluer tout seul avec différentes batteries de test ou d’exercices, mais rien ne vaut un examen officiel adapté à vote niveau pour voir concrètement où vous en êtes et mettre en lumière vos points faibles.

Comme vous voyez il y a pas mal d’inconvénients, mais ça ne veut pas dire que c’est impossible d’apprendre le japonais en autodidacte, juste un peu plus difficile.

Voilà j’espère que cet article vous aura un peu aidé si vous avez décidé de vous lancer dans l’apprentissage du japonais en autodidacte. Si vous voulez en apprendre plus sur moi et pourquoi je suis venu au Japon (et j’y suis encore!), lisez mon “À propos“. Si vous avez des questions sur l’apprentissage du japonais ou vous voulez des conseils, lâchez un com’ en dessous de l’article. Bon courage à vous !

 

5 Comments

  1. je suis assez d’accord avec tout ces points !
    mais j’ai une question, si on maitrise l’écrit vaguement , disons qu’on est capable de comprendre ce qu’on lit (un manga en japonais par exemple)
    est-ce qu’on va pouvoir aller au japon (hors Kansai) et comprendre le japonais orale pour un voyage d’une ou deux semaine. Ou alors il faut un délai plus long pour bien s’adapter à leur accent ?

    • Je dirai qu’il faut un niveau JLPT 3 environ pour lire confortablement un manga normal (pas pour enfants) même si les kanjis sont souvent sous-titrés. C’est pas si facile que ça en a l’air ^^
      Sinon tu verras pas forcément les différences linguistiques si tu ne parles qu’un peu de japonais. Les gens d’ici s’adapteront à ton niveau j’image et parleront un japonais plus classique. Plus on apprends le jap en fait et plus on se rends compte des différences.

      • d’accord je vois le principe.
        J’ai une autre question ! (ouii encore lol)
        est-ce que les japonais font des efforts pour ce faire comprendre des étrangers qui ne parlent pas très bien le japonais (voire pas du tout) ?
        Et est-ce qu’ils maitrisent (en dehors des endroits très touristique) l’anglais ? Parce que j’ai entendu dire qu’à part dans les endroits très touristique et les aéroports, peu de japonais parlait l’anglais (ce qui serait assez étonnant quand même)

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*