Japon : Le visa époux

Parmi les différents visas existant pour vivre au Japon, le visa époux est probablement celui qui fait le plus parler de lui. Avec cet article, je vais vous expliquer en détail ce en quoi il consiste afin de vous aider à y voir plus clair.

Sommaire de l’article

1. Un visa indispensable pour vivre avec son conjoint au Japon
2. Pourquoi demander un visa époux au Japon ?
3. Que peut-on faire avec un visa époux au Japon ?
4. Quelles sont les démarches à faire afin d’obtenir un visa de conjoint ?
5. Informations utiles concernant le visa époux
6. Derniers conseils
7. Autres liens utiles

1. Un visa indispensable pour vivre avec son conjoint au Japon

Le visa époux ou de conjoint, (Spouse or child of Japanese national en anglais) parfois communément appelé « visa mariage » vous offre la possibilité de vivre avec votre conjoint au Japon. Il ne faut pas le confondre avec le fait de simplement se marier à la mairie au Japon, une procédure légale qui peut s’effectuer sans demande de visa époux auprès de l’immigration par la suite.

Dans cet article, je vais donc vous expliquer comment faire une demande de visa époux au Japon en partant du principe que vous vous mariez avec un résident japonais au Japon et que vous désirez également vivre sur l’archipel. Je pars également du principe que vous êtes français, mais même si vous ne l’êtes pas, les procédures seront probablement très similaires.

Dans le cas où vous venez au Japon avec votre conjoint Français ou que vous vous mariez avec un autre étranger au Japon, il vous faudra faire une demande de visa « Spouse/Dependent of an alien working in Japan ».

Notez que ce visa-là ne vous offre pas les mêmes avantages que le visa époux classique. Il y a des limitations notamment au niveau du nombre d’heures de travail qu’il est possible d’effectuer par semaine. Vous trouverez plus d’infos concernant les mariages entre Français ou étrangers au Japon sur le site de l’ambassade de France.

2. Pourquoi demander un visa époux au Japon ?

La réponse à cette question peut paraître une évidence pour certains, mais elle ne l’est pas forcément pour tous. Disons simplement que tout dépend du pays dans lequel vous désirez vivre avec votre conjoint japonais.

Si vous comptez vivre ensemble dans votre pays ou dans un pays tiers, alors vous n’avez pas nécessairement besoin d’effectuer une demande de visa époux auprès des autorités japonaises. Vous pouvez simplement choisir de vous marier à la mairie au Japon ou dans votre pays pour officialiser ce statut auprès des services administratifs des deux pays.

Il faut aussi savoir que si vous êtes déjà résident et détenteur d’un quelconque visa au Japon, vous n’êtes pas obligé de faire une demande de visa époux si vous vous mariez. Vous pouvez très bien décider de simplement officialiser votre mariage à la mairie, ce qui sera suffisant auprès des autorités et des institutions locales pour considérer votre union comme légale.

Vous pouvez choisir cette option si par exemple le visa que vous possédez déjà est plus avantageux (comme dans le cas d’un visa permanent ou d’un visa highskill de 5 ans par exemple) ou si vous préférez garder votre indépendance et ne pas « dépendre » de votre conjoint nippon.

Car le visa mariage est bien évidemment lié au statut de conjoint et dans le cas d’un divorce, vous perdez votre visa. Notez que vous bénéficierez tout de même d’une période de 6 mois pour demander un autre type de visa.

3. Que peut-on faire avec un visa époux au Japon ?

Le principal bénéfice qu’on peut tirer de l’obtention d’un visa époux, c’est probablement le fait de pouvoir rester vivre sur l’archipel. Car comme je l’ai précisé plus haut, pour ceux qui désirent simplement se marier avec l’être aimé, il n’est pas nécessaire de demander un visa époux.

Mais pour ceux qui désirent également vivre au Japon, le visa époux est probablement l’une des meilleures opportunités car il offre surtout la possibilité à son détenteur de travailler dans n’importe quel secteur. Contrairement à un visa travail qui repose sur l’obligation pour son détenteur de maintenir un emploi dans un secteur spécifique au Japon, un visa époux vous autorise donc à effectuer n’importe quel emploi au Japon et même à ne pas travailler si vous le souhaitez.

Vous n’aurez donc aucune obligation de salaire ou d’horaires minimum à effectuer lors de votre demande ou renouvellement de visa auprès de l’immigration. De plus, tant que vous êtes marié avec un citoyen japonais, l’immigration japonaise ne pourra techniquement pas vous refuser le renouvellement de votre visa époux et c’est ce qui rend le visa époux si avantageux.

C’est probablement aussi pour ces raisons que ce visa a mauvaise réputation car beaucoup considèrent que certains abusent de la crédulité des Japonais, des femmes japonaises en particulier, pour venir vivre la belle vie au Japon.

Lire aussi : Mon top 3 des meilleurs visas pour le Japon

4. Quelles sont les démarches à faire afin d’obtenir un visa de conjoint au Japon ?

Entrons maintenant dans le cœur du sujet : les procédures pour le mariage et l’obtention du visa au Japon. Comme vous pouvez déjà vous en douter, le parcours sera long et ardu avant l’obtention du précieux document.

C’est principalement dû au fait qu’il faudra conduire les démarches de front auprès de 3 entités distinctes de façon synchronisée : la mairie au Japon, l’ambassade et les services de l’immigration japonaise, le tout dans un délai réduit car certains documents ont une date de péremption.

Voici donc les différentes étapes à suivre, résumées de la manière la plus concise possible :

  • Étape 1  : Se procurer son acte de naissance. C’est un papier qu’il vous faudra réclamer auprès de votre mairie de naissance. Sans ce papier, il vous sera impossible de demander la transcription de l’acte de mariage japonais sur les registres consulaires et d’obtenir un livret de famille après le mariage. Ce document n’est valide que 3 mois donc une fois que vous l’aurez reçu, le compte à rebours sera enclenché et vous devrez effectuer les démarches auprès de l’ambassade avant que ce document ne périme. Le conjoint japonais doit aussi se procurer le sien, appelé koseki tohon (戸籍謄本) et qui est une copie officielle du livret de famille.
  • Étape 2 : Obtenir un « certificat de capacité à Mariage » auprès de l’ambassade (à Tokyo pour celle de France). Pour résumer, sans ce document (appelé konin todoke kisai jiko shomei – 婚姻届記載事項証明), la mairie japonaise ne peut pas officialiser votre mariage. C’est un document qu’il faudra demander rapidement car les délais d’acheminements vont de 4 à 6 semaines. C’est parce que le dossier de mariage doit faire un aller-retour entre le Japon et votre pays d’origine par valise diplomatique afin que les bans de mariage soient publiés à la mairie puis certifiés par le maire.

Pour obtenir ce certificat de mariage, il faudra entre autres faire remplir des fiches de renseignement sur les deux époux, envoyer votre acte de naissance, faire traduire le koseki tohon de votre conjoint japonais et fournir des photocopies de certains documents d’identité. Les explications sur la procédure complète et la liste des documents à présenter sont indiqués sur le site de l’ambassade de France.

  • Étape 3 : Le mariage administratif à la mairie japonaise. Vous devez vous rendre en personne à la mairie de votre quartier pour officialiser votre mariage auprès des autorités administratives japonaises. Votre conjoint japonais devra fournir son koseki tohon à nouveau et vous devrez signer le konin todoke (婚姻届), l’acte de mariage. Notez que si vous vous mariez à la mairie de naissance de votre conjoint, il/elle n’aura pas besoin d’en faire la demande car au Japon aussi le registre familial est enregistré dans la mairie de naissance.

Important : Chaque futur époux doit se présenter à la mairie accompagné d’un garant qui devra aussi présenter ses documents d’identité et signer les documents officiels. Il n’est pas nécessaire d’avoir un lien de parenté avec cette personne donc vous pouvez venir avec un ami, mais le garant doit aussi résider au Japon. Une fois officiellement marié au Japon, la mairie vous fournira un certificat de mariage valable 3 mois.

Notez qu’au Japon, le mariage à la mairie est une procédure simple qui peut être expédiée en moins d’une heure si vous avez apporté les bons papiers. Il n’y aura pas besoin de la présence du maire ou d’officiels ni d’organiser de cérémonie. Il ne s’agit que de signer des documents.

  • Étape 4 : Obtenir une apostille (un certificat d’authenticité international). L’apostille s’obtient gratuitement et assez rapidement auprès du Ministère des Affaires Étrangères à Tokyo pour les citoyens français.
  • Étape 5 : Faire transcrire son mariage au registre français auprès de l’ambassade. La demande de transcription se fait auprès de l’Ambassade de France une fois l’apostille obtenue. Il suffit d’y déposer/envoyer son dossier et de le récupérer une fois que l’Apostille aura été apposée. Vous recevrez ensuite par la poste votre livret de famille où vous pourrez ensuite y faire inscrire vos éventuels enfants.
Japon : Le visa époux
Le konin todoke, le formulaire de demande de mariage au Japon.

Une fois le mariage acté par les autorités japonaises, commence la vraie procédure afin d’obtenir un visa époux auprès de l’immigration japonaise. C’est la dernière étape du parcours, mais elle va nécessiter encore beaucoup de paperasse et d’attente.

  • Étape 6 : Déposer son dossier de demande de visa époux auprès de l’immigration japonaise. Il faudra encore remplir quelques formulaires et fournir de nombreux documents. En voici une liste complète mais non exhaustive et bien sûr sujette à n’importe quel moment à des modifications de la part des services de l’immigration japonaise :

Votre Certificate of Eligibility – COE (在留資格認定証明書交付申請 – zairyu shikaku nintei shomeisho kofu shinseisho)
Une photo récente de moins de 3 mois (4 cm x 3 cm)
Une copie du registre familial de l’époux Japonais (戸籍謄本全部事項証明書 – koseki zenbu jiko shomeisho)
Votre Certificat de Capacité à Mariage (婚姻届記載事項証明 – konin todoke kisai jiko shomei)
Votre certificat de résidence (住民票証明書 – juminhyo shomeisho). Vous pouvez l’obtenir auprès de votre mairie de résidence.
・Un document prouvant que vous payez bien votre taxe d’habitation (住民税証明書 – juminzei shomeisho). À obtenir également auprès de votre mairie de résidence.
Une lettre de garant (身元保証 – mimoto hoshosho) signée par votre conjoint Japonais.
Un questionnaire (質問書 – shitsumonsho) C’est un document plutôt intrusif qui vous demandera beaucoup d’informations sur la façon dont vous vous êtes rencontrés, depuis combien de temps vous vous connaissez, la langue que vous utilisez entre vous, etc.
・Des photos de vous et de votre partenaire ensemble. Fournissez-en autant que possible mais gardez à la l’esprit qu’on ne vous les rendra pas.
・Une enveloppe affranchie à votre adresse.
Une copie de votre carte de résident (在留カード – zairyuu kaado)
Votre passeport. Faites-en une copie mais venez avec l’original au moment du dépôt du dossier.
Votre sceau (petit tampon) avec votre nom de famille (印鑑 – inkan)

Il faudra parfois faire traduire certains documents officiels. Il faut savoir que depuis 2019, il n’est plus possible d’effectuer soi-même la traduction des documents officiels comme le konin todoke. Il faut donc passer par un traducteur ou un interprète agréé par l’ambassade. Voici la liste officielle pour l’ambassade de France.

Une fois le dossier déposé, il n’y a plus qu’à attendre que l’immigration traite votre demande et vous recontacte. La première fois, l’attente va facilement durer plusieurs semaines mais les renouvellements seront bien plus rapides.

Notez que la durée des procédures pour le mariage à la mairie et l’obtention du visa au Japon peut fortement varier en fonction de nombreux paramètres et de votre niveau d’organisation. Depuis la réception de l’acte de naissance jusqu’à la délivrance du visa époux, je dirais que le processus peut prendre au minimum 3 mois et jusqu’à 5 mois, voire plus en fonction des cas. Soyez donc bien préparé et réactif afin d’écourter au maximum les délais.

J’ai personnellement mis presque 4 mois pour compléter la procédure et obtenir mon premier visa époux malgré le fait que mon dossier était complet (plus de 40 pages !) et que j’habitais déjà au Japon depuis plusieurs années. Et toutes les personnes que je connais dans le même cas ont mis au moins autant de temps à effectuer ces mêmes procédures.

Il faut aussi savoir que les services de l’immigration peuvent vous convoquer en personne pour s’assurer de l’authenticité de votre mariage. Et s’il manque des documents, il vous le feront généralement savoir par courrier et vous pourrez également renvoyer les documents nécessaires par la poste. Bien sûr, vous n’êtes pas non plus à l’abri d’un coup de fil de leur part.

5. Informations utiles concernant le visa époux

  • Les documents à remplir et à soumettre à l’immigration japonaise sont tous disponibles en anglais. Je vous conseille de compléter votre dossier avec les documents en anglais si vous ne maîtrisez pas bien le japonais car c’est une procédure très importante et il est fondamental d’en comprendre toutes les subtilités.
  • Au Japon, la possibilité d’accoler deux noms de famille comme en France n’existe pas. Si vous vous mariez avec un·e Japonais·e, il/elle pourra donc soit choisir de garder son nom de famille, soit choisir de prendre le vôtre. Gardez aussi en tête que la personne qui change de nom devra ensuite faire changer tous ses documents d’identité (passeport, CB, etc.)
  • Le coût du visa époux est similaire à celui des autres visas (4000 ¥ pour le timbre et les frais de dossier), mais il faut ajouter à cela le coût des – nombreuses – lettres prioritaires à acheter, de la traduction de certains documents, des dizaines de photocopies, photos et autres impressions à fournir, des frais de transport jusqu’à leurs bureaux ainsi que tous les autres frais divers. Au total, j’estime que j’ai eu à débourser environ 20.000 ¥ (≈ 160 €), une somme qui n’est pas négligeable.
  • Comme pour les autres visas, il est possible d’obtenir des visas époux d’un, trois ou cinq ans. Je vous conseille de demander à chaque fois la durée maximale, c’est-à-dire 5 ans. La raison c’est que si vous demandez un visa d’une durée d’un an, l’immigration ne vous donnera jamais plus. En demandant 5 ans, vous pourrez donc obtenir soit un, soit trois ou cinq ans. C’est malheureusement complètement aléatoire même si à chaque renouvellement vous augmentez techniquement vos chances d’obtenir un visa plus long.
  • Après le mariage, il est bien sûr possible de retourner vivre dans votre pays d’origine avec votre conjoint japonais. Faites donc bien les démarches nécessaires auprès de l’ambassade pour que votre mariage soit retranscrit sur les registres consulaires.

Pour la France par exemple, sachez que les conjoints de Français pourront obtenir un visa de séjour puis une carte de séjour après un an, une carte de résident sous certaines conditions après 3 ans de séjour et même la nationalité française après 4 ans en France.

Plus d’infos ici sur service.public.fr.

  • Il faut aussi savoir qu’au Japon, les mariages ne sont pas célébrés à la mairie et que l’Ambassade de France n’est pas autorisée à célébrer les mariages franco-japonais. Il faudra donc vous diriger vers des agences spécialisées pour organiser les festivités et ça c’est encore une autre histoire…
  • Enfin il y une information capitale que j’aimerai apporter concernant le mariage au Japon, même si elle n’a pas forcément de rapport direct avec le visa époux et qui concerne le fait de divorcer sur l’archipel pour un couple ayant des enfants. Il faut savoir que le Japon est un pays qui n’a pas mis en place de système de garde alternée. Pour résumer la situation simplement, lors d’un divorce, un seul des parents aura la garde des enfants et l’autre parent ne bénéficiera d’aucun droit légal (visite ou autre) à moins qu’il n’y ait un accord à l’amiable entre eux.

Tous les parents divorcés, qu’ils soient Japonais ou étrangers subissent ce système, mais il affecte plus les parents étrangers qui ne sont généralement pas habitués à ce type de loi ou ne sont tout bonnement pas au courant qu’elle existe.

Il faut savoir qu’au Japon, il est très facile de divorcer unilatéralement. Pour acter un divorce, il suffit de remettre à la mairie un document signé par les deux parties. N’importe qui peut le remettre, même un tiers, et la mairie ne vérifiera pas si les signatures sont authentiques. Vous pouvez donc avoir la mauvaise surprise de subir un divorce sans votre accord si votre conjoint Japonais a forgé votre signature a votre insu. Vous perdrez par conséquent votre visa époux et cela peut mettre en difficulté votre projet de vie sur l’archipel.

Il y a cependant un moyen de se prémunir en amont contre ce problème sous la forme d’un document à remplir à la mairie au moment du mariage. Je vous explique plus en détails en quoi cela consiste dans cet autre article complet sur la question (voir lien ci-dessous).

En savoir plus : Les Japonais sont-ils des kidnappeurs d’enfants ?

6. Derniers conseils

  • Gérer le timing sera vraiment essentiel pour effectuer cette demande donc soyez extrêmement bien organisé sinon vous prenez le risque de voir la procédure se rallonger et des complications apparaitre. Je vous conseille de rassembler et de préremplir le plus de documents en amont et aussi de demander autant que possible des renseignements ou de l’aide en ligne et auprès de gens qui se sont déjà mariés au Japon.
  • Il peut être utile d’imprimer ou de demander certains documents en double (notamment le koseki tohon par exemple) car on vous les demandera plusieurs fois et parfois il faudra fournir les originaux qu’on ne vous rendra pas.
  • Enfin cela peut sembler être un conseil de bon sens, mais ne vous mariez pas juste pour obtenir un visa. Soyez le plus sûr possible de la personne avec qui vous êtes et vous éviterez ainsi d’avoir à effectuer cette procédure rébarbative plusieurs fois. Divorcer est tout aussi pénible et au final, la durée de votre visa époux ne sera égale qu’à la durée de votre mariage…

Plus d’explications ici : Se marier au Japon : fausse bonne idée ?

7. Autres liens utiles

Cet article fait partie d’une série d’articles sur les différents types de visa – en cours d’écriture – permettant de venir vivre au Japon. Retrouvez les autres articles de cette série ici :

Voici d’autres articles qui pourraient vous intéresser :

À bientôt sur MycrazyJapan !

 

Soyez le premier à commenter

Laissez un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.