Ma journée type au Japon

Salut à tous !  😎

Vous êtes nombreux à vous demander à quoi ça ressemble de vivre au Japon, pour de vrai, et pas seulement d’y passer en tant que touriste alors j’ai eu l’idée d’écrire cet article pour vous résumer toutes ces choses qu’il m’arrive de faire quotidiennement depuis que j’habite ici. Et tout ça avec humour bien sûr !
Vivre au Japon et vivre en France c’est vraiment complètement différent. J’ai pris d’autres habitudes maintenant que je vis ici. Voici donc un résumé de la journée type qu’on peut passer au Japon. Pour ceux qui ont déjà vécu ici, même un peu, ça devrait vous rappeler des souvenirs !

C’est parti !

9h ⇒ Début de la journée, le soleil est levé depuis 3h au moins. C’est bien le pays du soleil levant ! Je commence par un petit-déjeuner à la française, pain, lait et jus de fruit, parce qu’il est hors de question que ça pue le poisson dans ma chambre dès le matin ! 😈  En sortant de l’auberge, un petit ittekimasu à l’accueil de l’auberge et c’est parti pour un tour en ville !

10h ⇒ En arrivant en centre-ville, je passe devant des pachinkos où les vieux japonais sont déjà en train de se lobotomiser le cerveau et les oreilles. Sérieux, le son est plus fort que dans les boites de nuit là-dedans. En passant dans la rue et les magasins, je ne fais même plus attention aux vendeuses qui couinent comme des poupées, aux hommes pancartes qui me tendent des mouchoirs publicitaires et aux japonais qui marchent comme dans The Walking Dead, hypnotisés par leur smartphone.


1801509811h ⇒
Je passe pour la millième fois de la semaine dans un conbini genre Family Mart ou 7/11 parce que j’ai encore oublié d’acheter quelque chose. En sortant avec mon mini-achat suremballé dans 10 sacs plastiques, je sais déjà que je vais y revenir plus tard dans la journée pour acheter autre chose. Les conbinis sont inévitables dans ce pays…
J’en profite pour passer aux toilettes et j’essaye pour la dix millième fois de trouver le bouton pour la chasse d’eau parmi la multitude de boutons disponibles pour se laver le croupion. Tout est écrit en kanjis illisibles donc une fois sur deux je rage quit les toilettes en souhaitant bonne chance au suivant pour se démerder avec toute cette technologie inutile.

12h ⇒ Je vais retirer de l’argent au distributeur pour la 10ème fois de la semaine parce que partout, on ne paye qu’en cash. Il y a parfois d’autres gaijins qui traînent devant les distributeurs et qui ne comprennent pas pourquoi leur Visa/MasterCard ne marche pas, alors que c’est écrit international cards. Petit regard condescendant.

14h ⇒ De retour à l’auberge, je me pose pour bosser un peu mon japonais. Apprendre le japonais, c’est un peu comme marcher sous l’eau : Tu dépenses beaucoup d’efforts pour progresser tout en ayant l’impression de ne pas avancer et tout en étant submergé par un océan de trucs encore à apprendre. Mais bon, c’est ça ou rien piger à ce que tous ces pokémons me racontent à longueur de journée…

16h ⇒ Petit moment de détente, de papotage avec les potes (sur les meufs, le seul sujet qu’on maîtrise à peu près) ou de blogging (oh tiens, une mise en abyme  😉 ). Je blogue pas assez d’ailleurs ces derniers temps, faut vraiment que je m’y remettes, je sais, je sais…

19h ⇒ Je ressors en speed faire des courses au supermarché, comme tous les 2 jours. Peu importe combien je dépense à chaque fois, je suis toujours à court d’un produit et je dois y retourner tout le temps. Là encore, on me refile assez de sacs plastiques pour étouffer 2000 tortues de mer. J’achète aussi des bentos en réduction parce que j’ai la flemme de cuisiner. J’aime bien les bentos.  😎

22h ⇒ Comme c’est samedi, on sort avec les gars de l’auberge. Encore un tour au Family Mart pour acheter des bières et faire l’apéro puis on décolle pour aller en ville. On passe devant d’innombrables pachinkos, hosts clubs, sex shops et soi-disant salons de massages. On finit par arriver dans la zone des bars et des boites et on sait plus où donner de la tête tellement il y a de bonasses au mètre carré ! On reste un peu dehors le temps de finir de boire/de décider d’où on va après/de mater comme des porcs et puis on décolle.

23h ⇒ En soirée, quelques japonais me demandent d’où je viens comme d’habitude. Je réponds la France et ils se mettent à pousser des grands « hééééééé ! » impressionnés comme si je leur avait dit que je venais de la galaxie d’à côté et que j’avais laissé ma soucoupe garée en double file en bas de la boite. Je lâche deux mots en japonais et c’est l’extase à nouveau, avec tellement de compliments sur mon prétendu bilinguisme qu’à chaque fois j’ai l’impression d’avoir répondu à la question à 1 million d’euro de Qui veut gagner des millions.

1h ⇒ On continue à boire et on demande aux serveurs de nous mettre plus d’alcool dans nos verres parce que c’est plus facile de trouver de l’eau sur Mars que de l’alcool dans un cocktail japonais ! En général, ils font ça avec grand plaisir et on se retrouve donc avec des boissons remplies à plus des 3/4 de vodka qu’on arrive à peine à boire tellement c’est fort, mais on est contents comme des poux parce qu’on boit comme des gaijins ! On fume comme des pompiers aussi parce que c’est autorisé partout ici et que les japonais nous en file tout le temps. La plupart du temps, c’est carrément des hôtesses qui nous offrent des paquets entiers pour faire la pub de la marque. Pas cher le cancer des poumons !

4h ⇒ Je sors de la boite saoul comme un russe et je retrouve mon vélo dont le panier est rempli de canettes et de détritus divers et je me demande encore pourquoi c’est toujours dans le mien que ça atterri et comment ils ont fait pour savoir que c’était un vélo de gaijin ! Je rentre donc complètement pété à vélo en ayant dépensé assez d’argent en une seule soirée pour financer la construction de deux écoles en Ouganda. 😯 Je ne regarde évidemment pas où je vais car je conduis à la mode d’Osaka, c’est à dire YOLO, les piétons n’ont qu’à se pousser. J’arrive dans ma chambre de 2m2  à l’auberge, je vomis par la fenêtre et je m’écrase dans mon futon épais comme du papier à cigarette. Depuis le temps, j’ai pris l’habitude de dormir dessus donc mon dos ne couine plus.

Le dimanche en général, c’est décuite.

Voilà pour cette chronique résumée de ma vie japonaise pendant mon PVT. Alors, ça vous tente le PVT Japon ?! Venez je vous attends.  😉

Pour finir, un petit mème marrant que je trouve très représentatif de ce qu’est vraiment la vie au Japon pour ceux qui y vivent, comparé à comment ceux qui voient le Japon depuis l’extérieur se l’imaginent souvent !

japan troll

 

2 Comments

  1. Je plussoie totalement le dessin, Après quelques mois au Japon, on tombe vite dans le métro-boulot-dodo. Ou plutôt dans le JR-baito-Seven. Heureusement qu’il y a pleins de choses magnifiques à voir un peu partout!

    Quand je te lis, j’ai l’impression que c’est la fête tous les soirs depuis 1 an! haha
    Je serais déjà ruiné si j’avais le même rythme de vie à Tokyo.
    Bon courage pour le Jap en tout cas!

    • Salut Alex ! Ouais la routine s’installe toujours comme pour tout et l’extraordinaire devient ordinaire. Et j’avoue que quand même ça a été la fête très souvent. la night life est vraiment particulière et développée à Osaka ! J’ai dépensé trop de tune à sortir au début, donc j’essaye de fair egaffe maintenant. ^^

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*