L’assurance PVT Japon

Je vais un peu à contre-courant avec cet article et je vais sûrement lancer la polémique, mais je pense qu’il est toujours intéressant de lire plusieurs points de vue avant de faire son choix.

Qu’on soit bien clair, je ne cherche pas à vous inciter à partir sans assurance pendant votre Workin Holiday Visa Japon. Vous êtes adultes et libres de votre choix. Je cherche seulement à mettre en avant les défauts de ce type d’assurance.

Donc comme vous le savez sûrement, lorsque vous partez en WHV, vous devez souvent prendre une assurance. Cette dernière est sensée vous couvrir si vous devez subir une hospitalisation, des frais médicaux divers, un rapatriement ou autre. Je suis personnellement contre et je vais vous expliquer pourquoi.

Première chose importante à noter : Elle est obligatoire pour l’Argentine, la Corée du Sud, Hong-Kong, Taïwan, le Canada et la Nouvelle-Zélande. Pour l’Australie, la Russie ou pour le Japon, elle n’est pas obligatoire. Voilà déjà une bonne raison si vous hésitez à en prendre une.

Un peu partout, vous entendrez toujours le même refrain : Il faut prendre une assurance, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Et c’est effectivement vrai. Mais vous devez aussi savoir que le coût des assurances WHV est très élevé !

Il vous en coûtera entre 400€ par an pour la moins chère et plus de 1200€ pour la plus chère. La moyenne se situe vers 500-600€ je dirais. De plus, le prix augmente encore si vous décidez de payer mensuellement ou si vous rajoutez des options. Alors prendre une assurance oui, mais payer autant pousse à réfléchir.

On parle souvent du billet d’avion comme la plus importante dépense pour le WHV mais on parle rarement de l’assurance. Par comparaison, un aller-retour pour le Japon coûte en moyenne 500€.

Pour ce prix-là, les assurances couvrent en général 4 choses :

– Le rapatriement
– L’hospitalisation et le remboursement des frais médicaux
– L’assurance bagages perdus ou volés
– La responsabilité civile

 .

Elles peuvent comporter d’autres options comme assurer la pratique de sports extrêmes, le libre choix du médecin ou encore l’avance de fonds.

Mais certaines options incluses dans leur offre n’ont absolument aucun intérêt :

– Capital décès. En gros, si vous mourrez votre famille gagne une certaine somme d’argent. Franchement on s’en fout et perso, je touche du bois.
– Soutien psychologique.  Si vous voulez payer pour qu’un type vienne vous tapoter le dos si ça va pas, libre à vous.
– Frais de recherche et secours. Vous irez sur Tokyo, comme plus de 70% des gens qui viennent en Working Holiday, pas vous perdre au fond de l’Amazonie…
– Parfois on vous met aussi en avant le fait que votre responsabilité civile à l’étranger a un plafond de plus de 4.000.000€ par exemple. Si vous arrivez à causer autant de dégâts vous m’appelez et je vous dédicace un article du style « Un gars en WHV détruit Tokyo. »
– On lit aussi parfois ce genre d’inutilités : « Attestations en français, anglais, espagnol et allemand » ou « Des spécialistes de l’assurance vous conseillent et vous suivent tout au long de votre séjour » C’est déjà assez difficile de tout piger en français, on va ne pas demander à l’avoir en japonais… Et encore heureux qu’on puisse appeler si on a des questions, c’est quand même le minimum syndical !

Voici également une petite liste de défauts et vices cachés :

-Vous n’êtes couvert que pendant la durée de votre séjour. Ça semble sans importance mais si vous contractez une maladie de là-bas et qu’elle ne se déclenche qu’à votre retour, vous l’avez dans l’os.
– Certaines ne sont joignables qu’aux heures de bureau : 9H-12H et 14h-17H. Pas pratique si vous avez une urgence.
– D’autres ne vous assurent pas si vous travaillez ou si vous woofez! Vous devez être au Japon en tant que touriste.
– Vous allez souvent devoir avancer l’argent et vous devrez batailler pour le récupérer. Si vous perdez un papier ou si vous dépassez d’un orteil de ce pour quoi vous êtes assuré, vous n’aurez pas un sou. Faites aussi très attention à ce que vous dites lorsque vous appelez le conseiller. Ne donnez pas trop de détails : un mot de trop et on vous expliquera gentiment que non, ça ne rentre pas dans le cadre de l’assurance.
– Ces assurances couvrent la pratique de certains sports. Renseignez vous précisément sur ceux qui sont couverts ou pas. Les sports dangereux par exemple sortent souvent de la garantie et si pour eux, le vélo tout terrain par exemple est déjà considéré comme dangereux ou extrême, vous n’allez pas être couverts pour grand chose au final…
– Vous avez très souvent un temps limité pour contacter l’assureur ou fournir des papiers. Parfois c’est 2 jours alors pensez au décalage horaire et même si vous êtes dans le coma dépêchez-vous de les prévenir !
– Pour certains remboursements, vous n’aurez l’argent qu’à votre retour. Ils sont extrêmement réactifs pour vous faire parvenir les documents pour l’inscription et pour prélever votre compte, mais ça traîne toujours des pieds pour rembourser.
– Pour les petits bobos de tous les jours (toux, petites blessures, visite chez le médecin quand vous-savez-pas-pourquoi-ça-va-mal) vous ne serez pas remboursé. Si vous allez chez le médecin ou que vous achetez vos médicaments directement en pharmacie ou ailleurs, ce sera à votre charge. Les assurances de type WHV ne s’occupent que des gros problèmes qui arrivent au final très rarement comparé à une grippe.

Des cartes pleines d'avantages
Des cartes pleines d’avantages.

Maintenant, voici une astuce qu’il est très important de connaître : Vous possédez surement une carte bancaire Mastercard ou Visa. Le simple fait de posséder une carte bancaire de ce type vous permet déjà d’être assuré lors de vos déplacements et en cas de maladie à l’étranger.

Retournez votre CB et vous y trouverez normalement un numéro d’assistance médicale. Checkez les sites internet Visa/Mastercard puis foncez aussi à votre banque et demandez plus d’infos, vous serez surpris de ce pour quoi vous pouvez être couvert. Si vous possédez une Gold/Infinite/Platinium/Business/Premier/Elite, vous pouvez quasiment partir les yeux fermés sans prendre une assurance supplémentaire !

Le seul problème c’est que ces assurances ne vous couvrent sur 3 mois maximum à partir de votre date de départ. Vous pouvez cependant demander à prolonger ces assurances et services. Votre banque vous donnera un numéro à contacter car ils passent généralement par un partenaire. J’ignore combien coûte le prolongement mais ça ne peut pas être plus cher que les assurances WHV classiques.

Voici aussi mes conseils pour économiser de l’argent :

– Faites un check-up sanitaire complet avant votre départ : dentiste, ophtalmo, médecin, vaccins, etc.
Si vous êtes en bonne santé, sans maladie nécessitant un traitement particulier et que vous avez déjà eu l’appendicite ou la varicelle par exemple, vous partez avec un avantage.
– Lisez très attentivement les conditions générales de vente. Avec une assurance, vous serez toujours désagréablement surpris si vous appelez pour un sinistre sans avoir lu la notice d’information.
Car vous devez bien garder une chose à l’esprit : toutes les compagnies d’assurances sont des entreprises à but lucratif. Leur objectif est de récupérer beaucoup d’argent et d’en restituer un minimum.
– Cherchez ailleurs une assurance moins chère. Si vous restez dans la même ville au Japon, vous pouvez par exemple souscrire à la sécurité sociale locale si vous travaillez. Ils vous remboursent une partie de vos frais comme en France et ça sera beaucoup moins cher qu’une assurance spécial WHV.
– Lors de votre arrivée au Japon, renseignez-vous sur la sécurité sociale locale. Même en tant qu’étranger vous pouvez en bénéficiez et elle ne vous coûtera pas très cher. Vous bénéficierez du remboursement à 70% pour vos visites chez le médecin, ce qui est déjà pas mal.

Pour résumer cet article, je dirai que ne pas prendre d’assurance, c’est s’exposer non pas à des risques supplémentaires mais à des paiements imprévus et potentiellement élevés. On peut tout prévoir sauf l’imprévu. Alors prévoyez tout et vous éviterez déjà pas mal d’ennuis. Si vous voulez avoir l’esprit tranquille ou si vous êtes maudit, prenez une assurance. Si vous êtes en mode crevard ou « je suis immortel », cet article achèvera de vous convaincre de ne pas en prendre.

Pour finir, un court extrait d’un spectacle de Chris Rock sur les assurances.

Pour ceux qui ont du mal avec l’anglais, il dit en gros que les assurances devraient s’appeler « in case shit », c’est-à-dire « au cas où c’est la merde ».

Il dit donc qu’il donne de l’argent à une entreprise au cas où c’est la merde. Et il continue en disant « Et si aucune merde ne m’arrive, j’ai pas le droit de me faire rembourser ?! » Enjoy  😎

 

3 Comments

  1. IL y a de bonnes assurances et de moins bonnes. Et en effet, lire les conditions c’est la meilleures des choses a faire. Il y a quelques imprécisions sur ton texte. 2 jours pour contacter l assureur, cela dépend bien évidemment de la situation. si tu es dans le coma, bien evidemment tu ne pourrais contacter ton assureur.. par contre il est essentiel de toujours avoir sur toi un numero d urgence (de tes parents par exemple ou bien ta carte dassure dans ton porte feuille). la clinique dans laquelle tu serais transporte chercherait a connnaitre ton identite et apeller tes proches. et tes proches peuvent prevenir l assurance (d ou l importance de laisser une copie a tes parents/proches).

    l assurance ne rembourse pas que pour les gros pepins… les infections, les maladies sont couvertes. maintenant, si c est un antecedent de sante, c est pas couvert.

    les exclusions pour le sport… c est pas pour toutes les assurances PVT (beaucoup je te l accordes, CCM assurance ne comporte presque pas d’exclusions de sport (les sports professionnels et mécaniques ou de compétition ainsi que le hors piste lorsque c’est défendu en station)

    Pour un pvtiste qui change d’état, il est inconscient de partir sans assurance pour ceux qui n ont pas droit a la securite sociale local… surtout au japon ou les frais de sante sont un des pays ou ils sont les plus élevés au monde. Si il arrive un quelconque pepins…. il risquerait de le payer toute sa vie. juste pour economiser quelques euros. Au fait, le prix des assurances pvtistes tournent autour de 400-500EUR pas plus pour 1 an de PVT> .

    • Salut Myriam et merci pour tes précisions. Je ne considère pas que toutes les assurances fonctionnent comme je l’explique, mais il est vrai que quand on regarde entre les lignes, on est souvent décu o surpris de ce qu’on lit. Normalement l’assurance doit avoir un contact d’urgence oui. Et effectivement au Japon, les frais de santé sont très chers donc il vaut mieux avoir une assurance surtout si on reste longtemps.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*