Japon : Quelques sombres facettes…

Si je devais comparer le Japon aux autres pays du monde sur une liste de critères comme par exemple la sécurité, la propreté, le respect de l’environnement ou encore les droits civiques, je lui mettrai de bonnes notes. Et je ne pense pas exagérer en disant qu’en général, ils font les choses mieux que beaucoup d’autres pays.
Mais le Japon n’est pas parfait, loin de là. Même si elles ne sont pas visibles au premier abord, beaucoup de choses ne tournent pas rond au pays du soleil levant. Voici quelques problèmes récurrents ici qui me désolent et détériorent l’image de ce beau pays.

Notez que c’est un listing complètement personnel et non-exhaustif. J’aurai pu inclure d’autres éléments et quelqu’un d’autre que moi mettrait probablement l’accent sur d’autres problèmes.

  • Le tabagisme.

J’en ai déjà fait un article donc je ne vais pas m’étendre encore sur le sujet, mais je trouve que le lobby du tabac au Japon est vraiment un problème. La publicité pour la cigarette est omniprésente et le paquet ne coûte presque rien ici. C’est tout juste si vous n’avez pas des pubs à la TV…Comme pour l’alcool d’ailleurs… On vous en offre même gratuitement dans les boites de nuit ! Une hôtesse vous aborde, vous propose de choisir votre type de cigarette favori sur un Ipad et souvent vous avez même le briquet en cadeau ! Du coup, j’ai jamais autant fumé qu’au Japon alors que je suis pas un fumeur de base…
Si vous êtes un fumeur occasionnel « en soirée » comme on dit, le Japon va faire de vous un fumeur régulier à coup sûr. Ici pas de paquet neutre, de photos choc sur l’emballage ou d’interdictions de fumer trop restrictives. Au contraire, on trouve même des cigarettes spéciales femmes, plus fines, moins fortes et aromatisées… Je trouve ça assez dingue que le gouvernement laisse le champ libre à l’industrie du tabac quand on sait les ravages que ça fait.

Le cancer des poumons sponsorisé par le gouvernement.
  • La chasse à la baleine.

En dépit du moratoire international, le Japon continue de se moquer du monde en prétendant chasser les baleines et rorquals à des fins scientifiques, mais en commercialisant leur viande quand même. Comment je le sais ? Facile, il y en a dans les supermarchés autour de chez moi. Recherche scientifique mon cul ! De plus, le Japon se cache derrière le faux prétexte que cette chasse est traditionnelle et nécessaire alors que c’est faux. Pour couronner le tout, la consommation de cette viande est hautement impopulaire sur l’archipel. Les restaurants en proposent rarement car la viande en elle-même n’est pas très bonne et les mentalités concernant la protection de l’environnement évoluent ici aussi comme partout ailleurs. Mais le gouvernement actuel tente malgré tout de relancer la chasse et la consommation de cette viande à grand renfort de marketing…

Balenine-chan, une mascotte baleine pour inciter à la consommation.
  • Les hiboux cafés et autres bars à animaux.

Sans être un fanatique de la défense de la cause animale, je n’aime pas qu’on fasse du mal aux bêtes ou qu’on les exploite/maltraite juste pour l’amusement. Et c’est exactement ce que font ces célèbres bars à hiboux au Japon. J’ai pu m’en rendre compte en allant moi-même dans un hiboux-café et la visite m’a vraiment déplu.
Déjà le prix des consommations est exorbitant. J’avais payé plus de 1000¥ un simple jus de fruit ! Mais surtout on se retrouve en plus dans un tout petit endroit avec plusieurs volatiles enchaînés avec des cordes de quelques centimètres et franchement ça fait peine à voir. Ils n’ont absolument aucune liberté de mouvement, ils ne pouvaient même pas se toucher l’un l’autre. Pas de plantes vertes, d’endroits ou se cacher ni rien qui leur rappelle leur environnement. Tout est artificiel et épuré. Une simple barre de bois et même pas de vitres de protection.
Le plus énervant c’étaient les gens qui s’extasiaient devant, comme si c’était adorable de voir un être vivant exposé comme un tableau à longueur de journée. De plus, les hiboux et chouettes sont évidemment des animaux sauvages, mais surtout nocturnes et n’ont rien à faire en plein jour éveillés pendant des heures juste pour qu’on leur caresse les plumes et le bec. Tout ce passage les stressait et c’était flagrant. Alors l’endroit était propre et pas glauque du tout. Les clients étaient disciplinés et calmes et le personnel avait l’air de s’y connaître certes, mais ça n’enlève rien à la cruelle déception et à la gêne de m’être laissé embarquer là-dedans.

Si vous êtes un tant soi peu sensible à la cause animale, n’allez pas dans ces animaux-cafés au Japon même si c’est juste pour l’expérience de l’avoir fait. Évidemment si ce sont des cafés présentant des chats, des chiens ou même des lapins, c’est acceptable. Ils sont domestiqués et donc plus habitués à notre contact. Mais les autres cafés remplis de chouettes, de hérissons, de loutres, de reptiles et autres animaux exotiques, évitez-les. Ça n’en vaut vraiment pas la peine. Même si les animaux n’ont pas l’air maltraités, vous financez un mauvais business.

  • Les zoos.

Dans la même catégorie que le sujet précédent, il y a les zoos japonais. De manière plus générale, je n’aime pas vraiment les zoos. J’ai toujours l’impression de visiter une prison. Mais je dirai quand même que les zoos au Japon sont des endroits particulièrement horribles à visiter. J’en ai visité quelques-uns et j’ai vite arrêté tellement j’ai été dégoûté.
Ce sont tout simplement des geôles en béton où les animaux n’ont pas de place pour évoluer. Une bonne partie d’entre eux deviennent d’ailleurs fous et c’est vraiment un triste spectacle. Ils ont le regard vide, tournent en rond ou regardent sans bouger leurs murs en béton pendant des heures. Les enclos font souvent la taille d’un appartement japonais (c’est-à-dire 5 m2 !) et assez étrangement pour un pays comme le Japon, les installations sont très vétustes. Tristement célèbre, Hanako surnommée l’éléphante la plus triste au monde se trouvait d’ailleurs au Japon et est morte il n’y pas longtemps. Qu’elle repose en paix. De mon côté en tout cas c’est décidé, ce genre d’endroits n’aura plus un seul centime de mon argent.

Peu d’espace, pas de verdure, des animaux zombies : L’ambiance dans les zoos japonais…
  • Les différences salariales hommes-femmes.

Une autre chose qui me choque beaucoup aussi, ce sont les inégalités salariales entre les hommes et les femmes ici. Je ne sais pas si c’est aussi valable pour les femmes expatriées ici, mais j’ai pu constater à de multiples occasions que les femmes japonaises gagnaient bien moins que leurs homologues masculins. Je suis bien conscient que le Japon est une société patriarcale un peu archaïque sur beaucoup de sujets, mais quand même ! Et sans faire une étude approfondie, sur le sujet, il est facile au quotidien de se rendre compte de ces différences. C’est un secret de polichinelle. Pas étonnant que les Japonaises se précipitent toutes pour se marier le plus tôt possible et trouver un bon parti. Un homme qui va travailler 6j/7 pour tout leur payer…

Une offre d’emploi au Japon trouvée sur Internet. Regardez l’écart salarial…Injustifiable !
  • L’exploitation sexuelle et la prostitution des mineurs

Le Japon a vraiment un problème à ce niveau-là et les récents efforts pour lutter contre ce fléau sont plutôt timides. Sur l’archipel, ils vouent un culte un peu bizarre aux pré-adolescentes. Si vous connaissez un peu la culture japonaise, ça n’a pas pu vous échapper. Apparemment jusqu’en 1997, les relations sexuelles avec un mineur consentant de 13 ans étaient légales. C’est peut-être pour ça…

Par exemple, pour ceux qui ne connaissent pas l’enjo kosai( lien wikipedia), c’est une pratique où des adolescentes, des lycéennes en général, sont payées par des hommes plus âgés pour les accompagner (un peu comme des escort-girls) et dans de rares cas pour se prostituer. Selon certaines estimations, environ 20 % des lycéennes pratiqueraient l’enjo kōsai, avec ou sans acte sexuel. Un chiffre que je trouve absolument énorme personnellement. J’ai déjà vu ce genre de « couples » dans la rue, mais à l’époque je n’avais pas compris ce que c’était.

Il y a aussi un grand nombre de créations artistiques (mangas, animés, livres, sites porno) aux contenus qui frôlent la pédo-pornographie. Je me souviens être tombé par hasard un jour dans un sex-shop (ouais je m’étais perdu… 🙄 ) sur des DVDs érotiques avec des collégiennes filmées à leur insu dans des tenues légères pendant leurs cours de sport, de danse, etc. En plein milieu du rayon, au niveau des yeux et achetable légalement. Tout va bien…

Il commence aussi à y avoir un coup de projecteur récemment sur la prostitution dans le milieu des idols, ces groupes de jeunes chanteuses très populaires et produits à la chaîne ici. En vrai, il y a plein de « pratiques » ici qui frisent la pédo-pornographie et le gouvernement à bien du mal à freiner ce business de l’ombre. Encore faudrait-il qu’il se donne vraiment la peine d’essayer…

  • Les femmes de réconfort en Corée du sud

Un symbole de l’obstination japonaise est le refus depuis des décennies de reconnaître le rôle qu’a joué leur pays pendant la seconde guerre mondiale et notamment le fait que l’armée japonaise a forcé de nombreuses femmes coréennes à servir de prostituées pour leur armée. Et ce genre de comportement obstiné conduit parfois à des conséquences regrettables et pourtant si facilement évitables comme ça: Osaka rompt son jumelage avec la ville de San Francisco.

Je termine quand même cet article en précisant que malgré les propos assez négatifs que je tiens dans cet article ou dans d’autres articles sur ce site, j’aime quand même énormément le Japon et je m’en rends compte à chaque fois que je mets un pied en dehors. C’est vraiment un beau pays et les côtés positifs sont plus nombreux que les côtés négatifs. J’aurai d’ailleurs très certainement l’occasion d’y revenir dans de prochains articles. Mais j’aime aussi avoir un regard critique sur tous les sujets donc il faut bien concilier les deux ^^!

Si vous avez des réactions à cet article, prenez 2 minutes pour poster un commentaire !

À bientôt sur MycrazyJapan !

 

5 Comments

  1. Avant de dire ce que les autres pays devraient faire essayons déjà de faire mieux avec notre pays d’origine, quand le notre sera un exemple on en reparlera. C’est à dire jamais et N’oublie pas que tu est chez eux

  2. Super article! Je suis complètement d’accord surtout pour les animaux car beaucoup d’étrangers sont intéressés par ces fameux bars à chouettes et les zoo. Pour le reste idem mais en général cela répugne aussi les gaijin comme nous (expats ou pas).
    P.S: je m’en compte* il manque un mot dans les dernières lignes ( 4ème en partant de la fin) ^^.

  3. Bonjour. Si vous me le permettez, un autre sujet et pas des moindre a été oublié. Un étranger même marié à une Japonaise et père n’est nullement reconnu au Japon. Et si le père divorçait son enfant devrait rester sur le sol nippon avec sa mère. Le père n’est rien en fait. Je trouve cela scandaleux et ce n’est pas comme cela qu’ils vont solutionner leur pyramide d’ages. Pays vieillissant avec de moins en moins de naissance…. Cordialement. Hervé

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.