Les japonais sont-ils racistes ?

Les japonais sont-ils racistes ? C’est une bonne question que toute personne qui déciderait de venir s’installer au Japon a le droit de se poser.

J’ai eu l’idée d’écrire cet article car je trouve justement que beaucoup de français fraîchement débarqués au Japon ont tendance à être parano sur le sujet et à se poser pleins de questions.

Lorsqu’on parle de racisme au Japon, il n’apparaît généralement pas sous une forme « explicite ». Il n’est pas question d’agressions physiques ou verbales, mais cela se traduira plutôt par du dédain, de la mise à l’écart voire de la discrimination sociale (moins de droits civiques que les locaux). Une sorte de racisme « passif » en somme, à mettre en comparaison avec le racisme agressif « classique » que l’on peut observer ailleurs dans le monde.

En revanche, les japonais sont ignorants sur plein de choses extérieures à leur archipel (leur inculture sur les sujets extérieurs est littéralement hallucinante parfois). Et malheureusement c’est cette ignorance, cet ethnocentrisme, qui va créer des préjugés et parfois du racisme. Ensuite, les japonais sont un peuple assez uniformisé et ils ont tendance à tous réagir de la même manière. C’est pourquoi les étrangers qui viennent au Japon ont souvent vécu les mêmes expériences et situations et pensent donc qu’il existe un racisme organisé à leur encontre.

L’avantage c’est qu’en tant qu’étranger, les japonais qui vont venir graviter autour de vous, sont ceux qui sont intéressés par le fait que vous êtes un étranger. Ils sont plus open-minded, multilingues et connaissent mieux les mœurs des occidentaux. En gros, les japonais qui sont intérieurement racistes ne viendront jamais vous emmerder et vous ne les verrez donc pas. Mon expérience me laisse à penser qu’ils ne sont de toute façon pas bien nombreux. Et si on compare objectivement le racisme au Japon avec le racisme dans d’autres pays, il n’y a pas photo. Sans citer de noms, il y a toute une ribambelle de pays où le racisme est quotidien, bien plus virulent, organisé voire institutionnalisé envers les étrangers.

Maintenant commençons par casser quelques clichés persistants qui circulent le plus chez les étrangers ayant séjourné au Japon. Voici un condensé de ce qu’on entend le plus souvent :

« Les japonais refusent de s’asseoir à côté de vous dans le métro. » Ça ne m’est jamais arrivé et c’est même plutôt l’inverse. Dans un train à moitié vide, je me suis même déjà demandé pourquoi on se mettait à côté de moi et pas ailleurs ! Après même si ça vous est déjà arrivé, il y a un paquet de raisons pour lesquelles les japonais décident de ne pas s’asseoir à côté de vous. Et il n’y pas de racisme derrière ça.

« Ils restent entre eux, n’aiment pas se mélanger et ils nous snobent parfois. » Certains se méfient clairement des étrangers et franchement je peux pas leur en vouloir. Beaucoup des premiers étrangers arrivés sur l’archipel ont dû laisser une mauvaise impression. Autrement, la plupart des nippons n’ont pas vraiment d’opinion sur les étrangers et s’en foutent et les autres ont simplement trop peur pour oser essayer un contact à cause des différences linguistiques. Notez que cette barrière saute dès lors que vous parlez correctement la langue.
Et si vous vous étonnez que les hôtesses de bars ne vous rabattent pas dans la rue, demandez-vous surtout pourquoi elles se casseraient le cul à essayer de rameuter un petit prof de langue qui ne gagne sûrement que 200k par mois !

« Les proprios japonais ne louent pas aux étrangers. » Oui ça arrive parfois. Mais quand on est proprio, on essaye d’éviter les risques au maximum. Et au Japon, le risque c’est l’étranger car il ne va pas rester habiter longtemps, risque de tout dégueulasser, va sûrement gêner les voisins avec du bruit ou des odeurs de cuisine et va disparaître du jour au lendemain dans son pays en laissant probablement des dettes. Alors oui certains refusent les étrangers comme en France on peut refuser des colocs étudiantes et je les comprend.

« On se s’intègre jamais vraiment au Japon. On reste pour toujours un étranger. » Oui c’est un peu vrai mais vous savez quoi ? Je trouve ça plutôt pratique ! Car vos amis japonais, votre conjoint et vos collègues sauront très bien que vous êtes intégré et agiront normalement envers vous. Tous les autres japonais en vous voyant agiront effectivement comme si vous étiez un touriste et parfois c’est chiant et usant. Mais ça peut être utile parfois de jouer à l’étranger stupide fraîchement débarqué, croyez-moi. 

« Au boulot, mes boss/collègues sont méchants/méprisants avec moi car je suis un étranger. » Alors si vos boss/collègues vous martyrisent au taf, c’est juste parce que vous êtes nul à leurs yeux, c’est tout. Pas parce que vous êtes un étranger, mais parce qu’ils estiment probablement que vous faites mal votre boulot. Pas d’inquiétude à avoir, ils sont tout aussi cruels entre eux. C’est la triste réalité du monde du travail au Japon. En fait, il y a même plutôt de la discrimination positive en général à l’égard des étrangers au Japon.

« Les enfants métis moitié japonais, sont martyrisés à l’école et ne sont jamais parfaitement intégrés.«  Allez levez la main si vous n’avez jamais été un peu martyrisé par d’autres élèves lorsque vous étiez enfant ! Les enfants sont sans pitié entre eux c’est connu et c’est évidemment plus facile de pointer du doigt celui qui a une différence visible. En tout cas, ne vous inquiétez pas pour les métis au Japon, ils sont bien considérés. Sur le peu qu’ils sont, regardez combien sont des stars dans tous les domaines possibles. On en voit tout

« Les hommes japonais n’aiment pas que les étrangers sortent avec les femmes japonaises. » J’imagine que certains sont jaloux oui, mais ce n’est pas du tout un sentiment majeur chez les hommes japonais. Sur toutes les conversations que j’ai pu avoir avec des hommes japonais, ils s’en foutent éperdument que vous sortiez avec une japonaise. En revanche, si vous vous affichez dans les lieux publics, il arrive que les japonais/es vous regardent de manière un peu insistante. Il n’y a pas d’hostilité palpable mais franchement, je ne sais pas ce qu’ils peuvent penser.

« Les japonais ne disent jamais ce qu’ils pensent, ils ont une double face. » Oui, c’est parfaitement vrai, mais ce n’est pas dirigé contre les étrangers, ils sont comme ça entre eux aussi, c’est leur culture. Ils se poignardent joyeusement dans le dos sans avoir besoin de nous, ne vous inquiétez pas. Et des faux-cul au boulot, on en a en France aussi.

« Il y a des endroits interdits aux étrangers. » C’est rare mais vrai et j’admets que ça peut faire naître des soupçons. C’est souvent des bars à hôtesses d’ailleurs j’ai l’impression. Mais la raison est souvent simple : Dans ces endroits, le service n’est pas adapté aux étrangers, la majorité du temps il faut parler parfaitement japonais. Une 2ème raison qui va vous paraître bizarre, c’est que si les japonais ne veulent pas que vous voyiez ce qu’il se passe dans cet endroit, c’est que cela pourrait porter préjudice à l’image de leur pays. Il n’y font sûrement rien d’illégal, mais

« Il y a des symboles nazis sur leurs cartes ! » Bon celui-là il est bonus !  Vous l’avez certainement remarqué lors de votre venue au Japon sur les cartes touristiques. Cette Svastika qui en fait n’en est pas une, indique seulement la présence d’un temple. C’est un symbole bouddhiste qui n’a pas du tout la même signification.

Pas de rassemblement néo nazi à l’horizon, ne vous inquiétez pas.

Voyons maintenant ce qui ressemble beaucoup à du racisme, mais qui n’est PAS du racisme. Comme dans tous les pays du monde et au sein de toutes les cultures, il y a des clichés plus ou moins tenaces sur les autres peuples et pays. Le Japon ne manque pas à l’appel et certains clichés très tenaces qu’ils ont sur nous sont parfois assimilé à du racisme par nombre d’étrangers qui se sentent ciblés et victimisés.

Je rappelle rapidement la définition Larousse du mot. Racisme : Idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » ; comportement inspiré par cette idéologie. Attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes. Maintenant faisons le tri !

– Quand les japonais vous dévisagent dans la rue et se retournent sur votre passage, ce n’est PAS du racisme. Comprenez-les : Même à Tokyo, beaucoup ne voient pas souvent d’étrangers et si en plus votre taille, couleur de peau, style vestimentaire sort de l’ordinaire, vous devenez logiquement un sujet d’intérêt.

– Quand un japonais s’obstine à vous parler en anglais alors que vous lui parlez en japonais, ce n’est PAS du racisme. Cette personne veut souvent juste pratiquer son anglais ou faire en sorte que vous compreniez bien ce qu’il vous dit. Inutile de psychoter donc en pensant qu’il y a du foutage de gueule derrière tout ça.

– Quand vous vous faites tout le temps arrêter par la police, ce n’est PAS du racisme. Au pire, je dirai que c’est du délit de faciès, mais il n’y a jamais de brutalité policière derrière. Il y a tout simplement une telle sécurité au Japon, que pour s’occuper les policiers arrêtent souvent les étrangers pour se donner une contenance. Souvent, ils sont tout simplement curieux en plus. Ils m’ont arrêté plein de fois juste pour me demander si c’était mon vélo, ce que je faisais comme travail et surtout d’où je venais…

– Quand les instructions et interdictions sont écrites uniquement en anglais sur les panneaux avec des photos de gaijins pour illustrer ce qu’il ne faut pas faire, ce n’est PAS du racisme. Les japonais sont très civilisés et savent pertinemment ce qu’ils ont le droit de faire ou pas dans leur pays. Il n’y a donc que les étrangers qui peuvent l’ignorer et donc on écrit en anglais pour cibler tout ce petit monde. Par exemple, enlever ses chaussures dans un temple ou bien se comporter dans le métro.

– Ce qui choque souvent les étrangers ici, c’est aussi quand on les infantilise, qu’on leur fait comprendre que même s’ils ont fait peu, ils sont géniaux. Les fameux « Tu parles bien japonais! » ou « Ouah tu utilises bien les baguettes » ! » notamment doivent vous rappeler des souvenirs si vous êtes déjà venus ici. Ça peut flatter l’ego de certains, mais beaucoup trouvent ça insultant voire raciste car ils pensent que les japonais se considèrent supérieurs aux occidentaux. Mais une fois de plus, ce n’est PAS du racisme. C’est même l’inverse, votre interlocuteur essaye simplement de vous féliciter et de vous mettre en valeur. C’est un peu exagéré mais c’est le style japonais.
Parfois également, les japonais vous expliquent que vous n’allez pas pouvoir comprendre car c’est difficile pour un non-japonais. Ça c’est vexant certes, mais il est difficile pour nous d’avoir le package culturel suffisant pour comprendre le mode de pensée nippon.

La face visible du racisme

Après il ne faut pas se voiler la face, il y a évidemment du racisme au Japon et en sachant où regarder on le voit transparaître. L’extrême droite japonaise appelée Uyoku en est un exemple clair. Ils sont de la même trempe que notre extrême droite à nous en Europe, à tendance xénophobe. Leur principal moyen de propagande est de patrouiller avec des camionnettes équipées de haut-parleurs et de drapeaux du Japon. Ils passent l’hymne national japonais –kimi ga yo– ou des chants militaires. Ils ont d’autres revendications (retour d’une armée régulière par exemple ou encore restitution des territoires spoliés par l’URSS), mais ils essaient surtout de (re)développer un sentiment nationaliste fort. Et ce genre de populisme on sait tous où ça mène…

On a aussi tous un voisin qu’on déteste pour des raisons aussi séculaires qu’infondées. Sur l’archipel nippon, le racisme est le plus souvent dirigé envers les chinois et les coréens. C’est un racisme historique, post-guerre, entretenu par des décennies de propagande nationaliste et culturelle par les gouvernements des deux pays. Très souvent, des japonais m’ont mis en garde contre les chinois ou les coréens car ils sont voleurs, dangereux et j’en passe. Et comme vous le savez je suis même pas blanc ! C’est le monde à l’envers !

Par contre ici, il y a un sentiment d’infériorité assez fort envers les occidentaux qu’il n’y a pas envers les autres asiatiques.

À Okinawa également, il y a un ressentiment anti-américain plutôt fort pour des raisons évidentes et on peut difficilement leur en vouloir. Les militaires présents sur place ont commis par mal de bourdes et forcément ça pèse dans la balance.

Conclusion

Perso je n’ai jamais ressenti de racisme depuis que je vis au Japon (en France non plus d’ailleurs) et vu que je m’intègre de plus en plus, les relations sont facilitées je trouve. On ne se heurte pas à plus de résistance lorsqu’on reste vivre au Japon, au contraire. Les gens ont tendance à plus s’ouvrir si vous les comprenez. Il me suffit maintenant de dire à un nouvel interlocuteur « Ça fait 3 ans que j’habite ici. » dans mon meilleur japonais pour échapper à toute la série de clichés que j’ai évoqué plus haut.

Sur l’échelle du racisme donc, je dirai que le Japon n’est finalement pas placé très haut. Depuis que j’y habite ni moi, ni tous les étrangers que je connais qui habitent ici d’ailleurs n’avons eu à nous plaindre. Si jamais vous entendez parfois quelques préjugés à tendance raciale, considérez que les japonais pêchent par ignorance.

De plus, quand je vois comment la xénophobie et le racisme ont tendance à se banaliser en France (le paroxysme ayant été atteint lors de la campagne présidentielle de cette année), je me dis que les japonais sont un peuple bien pacifique au final et aurait bien des choses à nous apprendre en matière de tolérance.

Vous en pensez quoi ? Laissez moi vos réactions et expériences en com’ ! Pour compléter sur le sujet, si vous cherchez à savoir comment les japonais réagissent face à des personnes noires, je vous conseille mon autre article sur le sujet !

À bientôt sur MycrazyJapan !

 

5 Comments

  1. Je viens de rentrer de mon premier voyage au Japon (3 semaines). Je n’ai vu que deux fois des réactions racistes : une dame qui avait l’air franchement effrayée par mon cousin (pourtant à plus d’un mètre d’elle er regardant le panneau d’indication des trains) et une dame qui s’est écartée de moi en hâte comme si j’allais la salir. Sinon, étant métisse et portant un afro, j’ai attiré les regards, certains curieux, d’autres amusés ou carrément horrifiés (pour certains mes cheveux devaient être sales lol). Les gens (surtout les jeunes filles et les femmes) riaient parfois mais j’ai surtout vu de la curiosité et parfois des sourires complices. Un soir on est allés au restaurant, je m’étais apprêtée on m’a traitée de « gyaru » donc je le prends bien. ^^ Il y a sûrement des préjugés mais surtout de la curiosité je pense… J’ai hâte d’y retourner

  2. Article très intéressant , il est vrai que le Japon est un pays que j ai toujours voulu découvrir , Mais en ayant croisé des japonais lors de voyages en Asie , et qui nous lançaient des regards ahuris , j’en ai déduis qu’ils étaient racistes envers les noirs particulièrement . Je ne souhaitais donc plus m’y rendre ….vos articles me font réfléchir je l’avoue

  3. Salut, j’adore ce que tu fais sur ce blog et ce serait hpocrite de ma part de passer sans te parler de la couelur bleue ultra claire atroce de la police haha. C’est pas top pour la lecture mais a part ca bonne chance durant ton temps la-bas. Eclate-toi mec

    • lol ca allait bien sur fond noir jusqu’à ce que je change de thème il y a quelques jours ! Merci du conseil en tout cas mais pour l’instant la flemme de changer tous les articles ^^ merci de me lire !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*