Les paradoxes japonais

La société japonaise est très complexe à interpréter. Il y a comme plusieurs strates qu’il faut mettre à jour pour pouvoir comprendre toute la finesse de leurs codes culturels. Et il faut évidemment bien plus qu’un voyage de quelques jours pour s’en rendre compte pleinement.

Personnellement, même après y avoir passé plusieurs années, je suis bien loin d’en avoir compris tous les rouages. Mais une chose est sûre : La société japonaise regorge de nombreux paradoxes incompréhensibles pour nous occidentaux et pourtant parfaitement acceptés ici. Certains semblent parfois affecter l’harmonie générale et le vivre ensemble qui règnent pourtant en maîtres au Japon.

Dans cet article, j’en ai listé quelques-uns des plus flagrants selon moi pour que vous vous rendiez compte de ces phénomènes. J’ai aussi ajouté quelques liens (en rouge) renvoyant vers d’autres articles sur Internet qui traitent de ces sujets.

Une population en déclin mais une immigration quasi nulle. Concernant la démographie nippone, il est étonnant de constater que confrontés à des années de déclin de la population avec des prévisions démographiques catastrophiques, les gouvernements successifs n’ont jamais vraiment pris le problème à bras le corps en n’ayant -ne serait-ce qu’un peu plus- recours à l’immigration. C’est tout à fait compréhensible qu’un pays n’ait pas envie d’ouvrir d’un coup les vannes de l’immigration quand on voit les problèmes que ça peut causer ailleurs. Le Japon n’est peut-être pas prêt à ça, mais s’il veut conserver un renouvellement décent de population pour éviter une crise économique, il ferait bien de commencer à envisager une augmentation de son immigration. Car tout le monde sait que les japonais ne font plus d’enfants…

Le taux de croissance de la population japonaise en baisse depuis des années.

Une pornographie omniprésente dans une société asexuelle. Ce n’est un mystère pour personne, l’archipel nippon croule sous le nombre de célibataires et de puceaux. Et pourtant où que vous alliez au Japon, vous allez être cerné par du contenu pornographique de partout, que ce soit dans les sex-shops, les rayons pleins de magazines coquins dans les convenient stores, les quartiers de prostitution qui ont pignon sur rue, les « salons de massage« , certains jeux vidéos et mangas, les flyers pour des services érotiques tarifés reçus tous les 2 jours dans la boite aux lettres -c’est du vécu bien sûr- et j’en passe. Les japonais semblent se désintéresser de plus en plus du sexe dans la vraie vie alors que la production de contenu pornographique est en continuelle expansion…

Une chasse à la baleine prétendument scientifique et ancestrale, pourtant très impopulaire. Malgré une consommation de viande de cétacés quasi nulle car très peu populaire sur l’archipel, le gouvernement japonais s’obstine chaque année, à l’encontre de la communauté internationale, à poursuivre ses activités de chasse à la baleine pour mener à bien un programme soi-disant scientifique. Personnellement, je ne comprends pas en quoi les buter va nous aider à mieux les comprendre… Et de la baleine, les japonais en mangent très rarement (à peine 300 grammes par an !) car ce n’est pas dans leurs habitudes culinaires et ce sont le plus souvent les touristes qui en consomment par curiosité.

De la viande baleine au supermarché. Bien cher !

Des commissariats de police partout mais une criminalité quasi nulle. On peut légitimement se demander à quoi sert la police japonaise tant la criminalité est faible au Japon. On trouve des koban, ces petits commissariats de proximité- quasiment tous les 100 mètres et ouverts 24/24. Mais pourquoi avoir mis des koban partout s’il n’y a pas de criminalité ? Ou alors est-ce que justement c’est parce qu’ils sont si nombreux que la sécurité est optimum ? Je n’ai pas la réponse à cette question mais je peux vous dire que c’est évidemment très agréable de vivre dans un pays aussi sûr.

Une propreté omniprésente mais des poubelles nul part. Vous l’avez très probablement remarqué au Japon, les poubelles se font rares et pourtant le sol est tellement propre qu’on pourrait bouffer par terre. J’ai mis du temps à comprendre comment c’était possible, mais un jour la réponse m’a été révélée sur un panneau. Comme vous pouvez le lire sur la photo en dessous, les gens sont tout simplement invités à emporter leurs ordures avec eux en partant et il semble que ce soit un geste que tout le monde s’engage à respecter. D’où le peu d’intérêt de placer des poubelles partout. Un bel exemple de discipline collective.

On ramasse toutes ses ordures et on les emporte !

Des forcenés du travail mais une productivité très faible. Au sein des pays du G7, le Japon arrive depuis des années bon dernier en terme de productivité. C’est très étonnant surtout quand on connaît la réputation de travailleurs acharnés des japonais. Comment est-il possible que dans un pays où tant de gens vont jusqu’à se suicider à cause de l’excès de travail -appelé karoushi-, ils soient au final si peu productifs ? La réponse se trouve en partie dans le fait que les entreprises japonaises exigent de leurs employés un temps de présence considérable sur leur lieu de travail. Et évidemment plus on travaille, plus la productivité baisse à cause de la fatigue et du manque de concentration. Une autre raison serait que les japonais passent tellement de temps à faire des courbettes qu’ils en perdent en productivité !

Un pays « tout technologique » mais où tout le monde utilise du cash. Si vous êtes déjà venu visiter le Japon, vous savez à quel point tout et tout le monde est hyper-connecté. Et pourtant, il est souvent très difficile d’utiliser sa carte bancaire. Presque tous les japonais en ont une mais ce n’est généralement qu’une carte de retrait car presque tout se paie en cash ici. Et même si la quasi totalité des japonais possède un smartphone, ils n’utilisent pas non plus le paiement sans contact. Je n’ai pas non plus la réponse à cette question. Peut-être que les japonais aiment juste payer en liquide.

Un peuple de gens minces vénérant des obèses qui font de la lutte. Bon ça c’est plus pour tacler mais ça me fait rire que dans un pays où aujourd’hui les personnes obèses représentent un petit 3% de la population, l’un des sports les plus suivi soit le Sumo. Et dans ce pays si pudique et si pacifique, les gens se ruent littéralement pour aller voir des obèses en slip se battre !

Et vous, vous trouvez pas tout ça paradoxal ?

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*