Comment réussir son couple franco-japonais

Depuis que j’habite au Japon, j’ai pu observer de nombreux autres couples franco-japonais ou japono-étrangers. J’ai moi-même pu expérimenter la vie de couple ici avec ses hauts et ses bas. Du coup, si dans cet article, il m’arrive parfois de parler de mon expérience personnelle ici, je vais quand même essayer de généraliser le plus possible.

Globalement, je dirai que j’ai vu et eu vent de plus de mauvaises relations que de bonnes. Mais je pense que ça ne représente probablement pas la tendance générale ici. J’imagine que les gens heureux vivent cachés comme dit le proverbe. Je précise également dès maintenant que les conseils que je vous donne dans cet article sont sans aucune garantie de résultats. Alors si jamais votre relation échoue quand même misérablement parce que vous êtes un.e incapable, il n’y aura pas de service après-vente ! J’écris vraiment cet article juste pour aider, c’est à vous de faire le reste du boulot.

Dans tous les cas, en tant qu’étranger au pays du soleil levant, si vous voulez que votre relation de couple fonctionne ou en tout cas aille le plus loin possible, il faut au préalable comprendre la mentalité nippone et ce que votre partenaire attend de vous en fonction de ses codes culturels qui sont, par définition, différents des vôtres.

Des attentes différentes

Au Japon, les critères de sélection d’un partenaire sont basés sur le fonctionnement même de la société. Il est donc logique qu’ils recherchent chacun des compétences différentes chez l’autre. Les hommes seront par exemple plus soucieux des compétences domestiques de leur moitié et les femmes seront plus intéressées par le montant du salaire mensuel de leur éventuel conjoint. Car souvent après le mariage, l’homme va continuer à exercer son travail alors que la femme va arrêter le sien pour élever les enfants et s’occuper de la maisonnée. Ces dames n’imaginent pas vraiment qu’un homme puisse s’occuper des tâches ménagères alors si vous faites la cuisine et le ménage dans la maison, vous allez vite être considéré comme un super héros !

Le mariage est bien souvent le déclic dans la vie d’une femme japonaise qui passe du statut de petite copine à épouse, avec toutes les responsabilités qui lui incombe. Beaucoup de femmes arrêtent de travailler après le mariage ici. Elles recherchent donc un mari avec des revenus stables, capable de subvenir aux besoins de toute la famille. Se faire yashinau (養う- qui signifie nourrir, soutenir, entretenir) est une préoccupation primordiale de la gent féminine nippone. Le monde du travail n’étant pas tendre avec les femmes ici c’est vraiment ça la première chose que beaucoup attendent d’un homme : elles recherchent quelqu’un qui pourra les entretenir.

À lire aussi : La misogynie au Japon

Gardez aussi à l’esprit que votre partenaire n’attend pas de vous que vous agissiez comme un vrai Japonais ! Si un ou une Japonais.e décide de se mettre en couple avec vous, c’est qu’il espère un autre type de relation. Cette personne est forcément consciente des différences culturelles et cherche par conséquent à sortir du moule dans lequel sont cantonnés ses compatriotes. Inutile donc d’essayer de vous comporter comme un local par tous les moyens. Ce n’est clairement pas ce qu’on attend de vous ! D’un autre côté, essayez de vous adapter un minimum aux mœurs et coutumes du pays, histoire de ne pas passer pour un ignare non plus. Il va falloir trouver un juste milieu et je vous avoue que ce petit numéro d’équilibriste n’est pas toujours facile.

En plus de ça, certains concepts sont intrinsèques et décisifs au Japon : la structure familiale et sociale, le respect des aînés et la politesse notamment. Je vais vous aider à décrypter ces spécificités culturelles et vous expliquer comment elles peuvent affecter votre vie de couple binational.

Vivre longtemps chez ses parents. Au Japon, les femmes surtout, mais aussi de nombreux hommes restent vivre très tard chez leurs parents, quelquefois passé la trentaine. Le plus souvent c’est pour des raisons pratiques et financières car louer un appartement seul peut s’avérer être un véritable gouffre financier. Après le mariage, la femme déménage chez son époux ou alors ils cherchent tous deux un nouveau logement en commun. Beaucoup de couples, binationaux ou pas, vivent donc séparément pendant toute la durée précédant leur union.
Il y a deux inconvénients majeurs à ça. Le premier, c’est que votre partenaire Japonais vit sous l’influence constante de ses proches, ce qui peut éventuellement vous nuire. La solution à ce problème : partez vivre tous les deux dans un autre pays, en France ou dans un pays tiers. Votre amoureux.se sera alors nettement moins susceptible d’être influencée négativement.
L’autre inconvénient, c’est que passer subitement d’une petite vie de couple tranquille ou l’on se voit une fois par semaine et habiter sous le même toit 24 heures sur 24 peut constituer un changement radical. Si vous découvrez à ce moment-là que cette personne est en fait un tyran, un psychopathe ou a des TOC, il sera trop tard ! Si possible, cherchez à tester la collocation avant le mariage pour apprendre à mieux connaître votre partenaire et avoir une idée plus précise de ce qui vous attend pour la suite.

L’importance de la famille. Du fait que les Japonais ont donc des relations très étroites et quelquefois prolongées avec leur famille, ils accordent souvent beaucoup d’importance à l’opinion de leurs proches. Si je vous explique ça, c’est parce que vous risquez d’être surpris de constater à quel point les décisions prises par les jeunes Japonais sont conditionnées par les exigences et requêtes de leurs parents. Du coup, si la famille de votre conjoint vous rejette, inutile de préciser que ça va vous compliquer la vie ! D’autant plus si on vous rejette parce que vous êtes un étranger, ce à quoi vous n’y pouvez rien.

La politesse et le respect. Ce sont bien sûr des principes applicables par tous les couples, mais ils le sont encore plus au Japon car ils sont les fondements même de la culture et de la société japonaise : le respect d’autrui et l’importance du groupe, parfois jusqu’à l’extrême, au détriment de l’individu lui-même. Au sein de votre couple, cela peut se concrétiser de plusieurs manières. Attendez-vous notamment à devoir endosser la culpabilité pour pas mal de choses même si vous n’avez pas forcément tort, à devoir remercier systématiquement pour les plus petits services qui vous sont rendus ou encore à vous effacer en tant que parents au profit de vos enfants.

Mes conseils pour un couple harmonieux

Voici quelques conseils que je vous donne, tirés pour la plupart de mon expérience personnelle.

Parlez le japonais, notamment si vous comptez résider au Japon. C’est un conseil que je vous ai donné plusieurs fois à travers mes articles et je le répète ici encore. Vous n’avez pas nécessairement besoin d’être bilingue, mais parler un peu vous aidera déjà grandement dans votre couple. Idéalement, il faut que les deux partenaires aient au moins une langue commune que les deux maîtrisent correctement.

Méfiez-vous de l’importance des mots. Si vous parlez japonais avec votre moitié, faites attention au choix de votre vocabulaire pour ne pas prendre le risque de voir vos discussions escalader ou partir dans une direction que vous n’auriez jamais imaginé. J’en ai fait la désagréable expérience plusieurs fois car le poids des mots et leur signification ont des attaches culturelles très différentes. Vous serez généralement pris au pied de la lettre même si vous faites de l’humour, par exemple.

À lire aussi: L’humour au Japon

Déminez le terrain avant de vous embarquer dans quoi que ce soit de trop sérieux. C’est-à-dire le mariage et les enfants. Abordez tous les sujets, cruciaux mais aussi secondaires avec votre moitié afin d’éviter les pièges culturels et d’être sur la même longueur d’onde. Tout doit y passer : la gestion de l’argent, qui travaillera quand vous serez mariés, où vous allez vivre, vos convictions sur l’éducation des enfants, la religion, l’alimentation, etc. Par-dessus tout, assurez-vous d’avoir la même vision du couple, de la vie de famille et d’avoir les mêmes valeurs.

Bien sûr ce genre de débats devrait avoir lieu au sein de tous les couples et le plus tôt possible. Mais encore plus entre les couples franco-japonais car nos différences culturelles sont telles que ce qui vous paraît logique ne l’est pas forcément pour eux. La consigne à suivre par dessus-tout, c’est qu’il ne faut rien entreprendre de permanent avec des personnes temporaires.

Stabilisez votre situation financière. C’est plus un conseil que je donne aux hommes. Comme je vous le disais plus haut, pour les femmes japonaises, la stabilité financière est un critère crucial. Et même si elles vous assurent ne pas être intéressé que par l’argent, c’est un sujet qui reviendra vous hanter tôt au tard. Surtout si vous décidez de vivre au Japon. L’éducation des enfants, entre autres dépenses, coûte une véritable fortune ici. Mieux vaut avoir un travail stable qui paye bien plutôt que d’espérer vivre d’amour et d’eau fraiche.

Comprendre les intentions et arrières-pensées de votre chéri.e peut de temps à autre s’avérer difficile. Culturellement, les Japonais ont tendance à garder pour eux leurs pensées les plus profondes et à afficher une façade de circonstance appelée tatemae (立前), même en privé. Obtenir une réponse claire sur des sujets qui vous sont importants, peut ainsi être parfois très dur. On obtient fréquemment des réponses trop vagues ou hors-sujet.
Bon comme je suis sympa, je vous donne en exclusivité mondiale ma technique perso : je demande des réponses en pourcentages ! Par exemple, au lieu de dire : « Tu veux sortir ce soir ? » je demande « Donne-moi ta motivation pour aller en soirée en pourcentage. » Si c’est moins de 40 %, je laisse tomber en général. Et ça marche presque pour tout !

Prenez en compte la différence de niveau de vie. Le Japon est un pays dont les citoyens sont riches et bénéficient d’un grand confort de vie. Si comme moi, vous venez d’un milieu plus modeste, le train de vie des nippons et leurs choix quotidiens risque de vous surprendre ou de vous choquer. Dans un couple, cela peut conduire à avoir une vision divergente du coût de la vie et de la vraie valeur des choses.

À lire aussi : Comment trouver une copine japonaise

Les erreurs à ne surtout pas commettre !

Voici enfin quelques ultimes mises en garde si vous voulez améliorer et prolonger la durée de votre relation avec un citoyen nippon.

Ne sortez pas avec des marginaux ! Je m’explique. En tant qu’étranger, vous n’aurez pas les mêmes outils culturels qu’un Japonais pour évaluer correctement à quelle type de personne vous avez affaire. Au Japon, vous allez être en contact avec beaucoup de gens qui pour la plupart, vont être avenants et vous sembler normaux. Mais au Japon tout le monde est aimable au premier abord et cette politesse culturelle et ce conformisme cachent parfois bien des défauts.

Sachez reconnaître les signes qui ne trompent pas : Une personne déprimée ou au contraire trop excentrique, bipolaire, trop puérile, qui ne semble avoir aucun autre ami japonais, beaucoup trop familière ou enthousiaste ou encore complètement enfermée dans son univers par exemple. Autant de signaux qui doivent vous alerter sur une possible relation amoureuse compliquée. Pour ne pas vous faire piéger, demandez à d’autres Japonais ce qu’ils pensent de cette personne et espérez qu’ils soient honnêtes avec vous…

Attention aux femmes trop âgées (après 30 ans en moyenne) qui vont vouloir se caser à tout prix et avoir un enfant dès que possible. Typiquement, elles n’ont trouvé aucun homme Japonais avec qui se marier pour X raisons. Elles se rabattent donc en derniers recours sur les étrangers qui sont des proies plus faciles. Et soyons honnêtes, certains d’entres eux seraient prêts à vendre leur propre mère afin d’obtenir un visa d’époux…
Cela peut sembler être une situation gagnant-gagnant, mais choisir cette solution de facilité peut se retourner contre vous pour les raisons évoquées plus haut. De plus, divorcer équivaut logiquement à perdre son visa d’époux et à devoir retrouver rapidement un travail pour s’auto-sponsoriser. Vous prenez même le risque de voir vos éventuels enfants être kidnappés par votre conjoint japonais et ainsi d’être totalement désillusionné par votre pays d’accueil.

Du coup, ne vous mariez pas trop tôt surtout si c’est juste pour obtenir un visa époux. Ici en plus, tout se passe souvent très vite. Faites surtout attention aux papiers qu’on vous fait signer. Avant de signer n’importe quel document officiel en japonais, soyez certains de bien comprendre de quoi il s’agit. Ne signez rien que vous ne comprenez pas. Si votre ex-conjoint est mal intentionné, il/elle peut même vous faire signer n’importe quoi à votre insu. Par exemple le rikon todoke (離婚届), le papier officiel de demande de divorce comporte de nombreuses clauses concernant notamment la garde des enfants qu’il est important de décider à deux et en amont.

Apprenez à connaître la famille de votre moitié. Comme je vous le disais plus haut, il vaut mieux les avoir à la bonne, savoir ce qu’ils pensent de vous et s’assurer qu’ils ne vous rejettent pas. Politesse, respect et petites attentions vous aideront beaucoup pour parvenir à vos fins.

C’est tout pour cet article qui j’espère vous aidera à mieux anticiper et régler les éventuels problèmes qui surviendront dans votre vie de couple avec des Japonais. Un lecteur averti en vaut deux !

N’oubliez pas de laisser vos avis et retours d’expérience sur le sujet dans les commentaires.

À bientôt sur MycrazyJapan !

 

1 Comment

  1. Salut Manu. Ravi de voir que ton blog soit mis à jour. Merci pour cet article. C’est vrai que trop d’hommes expatriés ne prennent pas conscience des risques de se mettre en couple avec une japonaise. Même si l’amour est là, il faut prendre en compte le fossé culturel qui peut nuire à la relation.

    D’ailleurs, après un divorce, des hommes ne revoient plus leurs enfants.

Laissez un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.